Non Madame Artaud, ce dont la France a besoin, c’est de plus de patrons !

Publié le par LA REDACTION

Nathalie Arthaud.

Nathalie Arthaud.

Profitant du débat organisé par BFM TV le mardi 4 avril, les représentants communistes ont redit tout leur mépris des entreprises et de leurs « patrons », pointant particulièrement celles du CAC 40. Car eux savent comment « créer » des emplois ! Ne suffit-il pas de recruter des fonctionnaires ?

Le fait que ces sociétés emploient 1,4 million de personnes en France (selon une étude du cabinet Ricol Lasteyrie réalisée en 2013) ne les trouble guère. Il est vrai, c’est bien peu pour 40 entreprises, quand l’Education nationale à elle seule en emploie 1, 052 million ! Les premières versent en revanche 33,6 milliards d’impôts sur les sociétés (chiffre 2016) quand l’Education nationale forte d’un quasi-monopole inefficace, coûte exactement deux fois plus, 67,1 milliards.

Plus encore, ils souhaitent interdire le licenciement : tous fonctionnaires ! Et pourquoi ne pas « figer le marché du travail » ? Bonne idée, continuons de repousser l’adaptation des entreprises à l’environnement changeant, interdisons Uber, AirBnb, Heetch, Foodora, Blablacar, affermissons nos politiques qui nous empêchent de voir un Google et ses 75 000 employés ou Amazon et ses 133 000 collaborateurs, éclore en France, ressuscitons Thomson, Moulinex, Bull, le Crédit Lyonnais, Dexia et rouvrons les mines.

Avec ces délires surannés, certains candidats accusent cent ans de retard cette année. Leurs idées trouvent pourtant une résonance bienveillante chez la plupart des autres… Exception française !

 Jean-Baptiste Boone pour IREF

Publié dans Politique, Emplois

Commenter cet article