La plainte de la fille Mélenchon déboutée, silence médiatique

Publié le par LA REDACTION

La plainte de la fille Mélenchon déboutée, silence médiatique

Chez Mélenchon, on a le droit d’injurier les citoyens et les adversaires politiques, de les pointer du doigt en les accusant d’emplois fictifs, de vomir des insultes à « ceusses » qui ne leur reviennent pas… mais défense de répliquer en accusant par exemple, fi-fille d’avoir été pistonnée par papa pour un emploi « sur mesure », sinon c’est direction le tribunal !

Mais manque de bol, il semblerait que le gus Mélenchon soit encore plus mal vu chez les magistrats actuels, que Marine Le Pen, un simple citoyen hostile au pouvoir ou encore un Pierre Cassen ou une Christine Tasin… dont ils ne peuvent plus se passer.

C’est ce que vient d’apprendre à ses dépens la fille de l’auto-proclamé chevalier blanc, après avoir trainé en justice un élu ayant osé prétendre (à partir de 5’20 sur la vidéo) qu’elle a été pistonnée par son père pour que bizarrement un poste se libère au Conseil Général de l’Essonne, pile au moment où elle avait besoin d’un emploi !

« Furieux des attaques de Jean-Luc Mélenchon qui accusait François Fillon de népotisme, Christian Schoettl, maire divers droite de Janvry dans l’Essonne, avait déclaré dans les pages du journal Capital : « On va lui faire une piqûre de rappel, et lui parler de sa propre désinvolture. Parce qu’en décembre 2009, c’est sa fille Maryline qu’il a fait embaucher par le conseil général de l’Essonne ».

« Le tribunal de grande instance (TGI) de Paris a considéré, dans son ordonnance de référé rendue vendredi 7 avril, qu’il n’avait pas été « valablement saisi » et qu’il ne pouvait donc pas « statuer » sur le fond. Une copie de l’assignation devait être remise au procureur, et ce, avant la date d’audience. Or, elle a été remise le jour même. Cela a conduit à l’annulation de la procédure ».

Affaire Fillon : Mélenchon a fait pire !

Il est prévu que la demoiselle n’en reste pas là et qu’elle fera appel, sauf quecette vidéo incriminée a le mérite, outre de signaler l’affaire de la fille, de souligner également le rôle plus qu’opaque du sieur Mélenchon lui-même dans des différentes attributions, les rémunérations correspondantes… et le peu, voire pas de présence effective de l’élu !

Christian Schoettl y dénonce notamment Jean-Luc Mélenchon, Secrétaire d’Etat entre 2000 et 2002 qui continuait à percevoir toutes ses indemnités de Vice-Président du Conseil Général (1998-2004) et de membre de la commission permanente du Conseil Général, alors qu’il ne s’y rendait jamais. Pour M. Christian Schoettl, « c’est pire qu’un emploi fictif parce qu’il s’est présenté au suffrage Universel et s’est engagé sur un job qu’il n’a pas fait » ! 

Article complet ici: ripostelaique.com

Publié dans Justice

Commenter cet article