Présidentielle: j’ai vu de drôles de choses au moment de voter à Paris

Publié le par LA REDACTION

Présidentielle: j’ai vu de drôles de choses au moment de voter à Paris

Je me suis rendue à mon bureau de vote situé dans la mairie du XIXe vers 18 h, il y avait encore une file d’une centaine de personnes et j’ai dû attendre 45 minutes pour déposer mon bulletin dans l’urne.

Sur la place de la mairie, stationnaient quelques dizaines de personnes et un groupe de jeunes  assis sur leur scooter contre le mur de la mairie. Ah, en période d’état d’alerte un jour d’élections, on peut se rassembler devant le bureau de vote ? C’est tout de même curieux quand on sait qu’à Besançon ce même jour une voiture volée a attendait entre deux bureaux de vote et que des bureaux de vote ont dû être évacués à Saint-Omer et Haguenau.

Alors que je faisais l’effort de ramasser un à un les onze bulletins de vote, comme je l’ai toujours fait, les scrutateurs invitaient les électeurs à n’en prendre que deux. Étonnée, j’ai demandé si c’était compatible avec le secret du vote. – Oui, vous devez en prendre au minimum deux. -Mais alors, tout le monde peut voir quels sont les 9 candidats que j’élimine. -Le minimum requis est deux.

Je me suis dirigée vers l’isoloir dont le rideau n’est pas vraiment isolant et j’ai regardé dans la poubelle qui n’avait  pas été vidée contrairement à ce que je croyais être la règle. Les bulletins des petits candidats s’y entassaient en majorité. Si je n’avais pas fait un choix auparavant, j’aurais pu être influencée.

Dans la file d’une centaine de personnes attendait une femme coiffée d’un foulard islamique et habillée d’un kaftan. Elle se trompe de file alphabétique et le président scrutateur l’invite à passer en priorité dans l’autre file où je suis arrivée bien avant cette dame. Je demande doucement au président du bureau : « Le foulard islamique est-il autorisé dans un bureau de vote ?- Il n’y a pas de problème si on peut identifier la personne – Ne craignez-vous pas que cela influence les votes ? Il répète qu’on peut identifier l’électrice. Un vieux, style Poutou, à la gueule puante, me souffle dans le visage : « Qu’est-ce que vous avez contre la liberté d’expression ? -Bon la prochaine fois je viendrai avec un bandeau « Je suis athée »- Vous n’êtes pas tolérante, Madame ».

Alors que je pensais être citoyenne d’un pays démocratique, j’ai l’impression d’être une chose manipulée par des signes susceptibles d’influencer mon choix électoral (une femme voilée devant les urnes de la République laïque, des attroupements devant le bureau de vote), que la confidentialité de mon vote n’est pas respectée (on peut éliminer les bulletins au vu et au su de tout le monde), que la liberté de choix n’est pas respectée (on voit les bulletins éliminés dans la poubelle pleine) et que je ne suis pas en sécurité (les attroupements devant la mairie/bureau de vote sont autorisés).

Bref, je n’ai pas eu l’impression, en allant voter, que je faisais une chose sérieuse et que mon vote était pris au sérieux. Dois-je en conclure que je ne suis qu’un prétexte pour des jeux qui sont faits depuis longtemps ?

Alice Braitberg pour ripostelaique.com

Publié dans France

Commenter cet article