Français ne votez pas pour le fossoyeur Jean-Luc Mélenchon au 1er tour

Publié le par LA REDACTION

Français ne votez pas pour le fossoyeur Jean-Luc Mélenchon au 1er tour

Cette campagne pour l’élection présidentielle est calamiteuse ! Elle clôture, telle une conclusion mortifère, le non moins calamiteux quinquennat de François Hollande qui fut tout sauf « un président normal » tant il restera, dans l’Histoire, comme le pire président de la V ème République !

Parmi les incongruités de cette campagne présidentielle, la nouvelle et soudaine popularité de Jean-Luc Mélenchon a de quoi désespérer des Français ! C’est l’objet de l’édito de Guillaume Roquette paru, cette semaine, dans le Figaro Magazine.

Edito que voici :

Les dangereux mirages de l’insoumission

Et le loup s’est fait agneau.

Prônant la paix universelle au lieu de la révolution. Arborant un brin d’olivier le jour de la fête (chrétienne) des Rameaux. Troquant le drapeau rouge contre des bannières tricolores, la faucille et le marteau des camarades contre une innocente lettre grecque (phi) en guise de logo. Depuis que les sondages l’ont fait entrer dans le club des présidentiables, Jean- Luc Mélenchon est devenu gentil. Attendri sans doute par les analystes politiques qui, après avoir encensé Emmanuel Macron pendant des semaines, le campent maintenant en nouvelle révélation de la campagne, louant son charme télévisuel et sa haute culture. A gauche, certains demandent même à Benoît Hamon de s’effacer pour lui faciliter le passage vers le second tour.

La France serait-elle devenue folle ?

Après avoir installé le Front national en premier parti de France, après avoir fait d’Emmanuel Macron le favori de la présidentielle malgré son manque d’expérience, son absence attendue de majorité parlementaire et …

… un programme aussi clair qu’une conférence de presse de François Hollande …

… voilà que les électeurs succomberaient aux charmes de Jean-Luc Mélenchon. Comme s’ils se servaient de cette campagne présidentielle pour jouer à se faire de plus en plus peur.

Car enfin, Mélenchon a beau manier avec brio l’imparfait du subjonctif,

il n’en reste pas moins un homme dangereux. Sous le romantisme de ses discours se cache une feuille de route délirante :

  • nouveau plafonnement des salaires et du temps de travail,
  • retraite à 60 ans,
  • 90 % de prélèvements sur les plus hauts revenus,
  • sortie des traités européens,
  • 273 milliards (c’est lui qui le dit) de dépenses publiques supplémentaires, soit quatre fois les hausses d’impôts cumulées de Sarkozy et Hollande …

Même si l’étiquette a disparu, le programme n’en demeure pas moins communiste.

Et le populisme assumé du candidat insoumis est tout sauf rassurant. Sans vouloir faire de procès d’intention, on ne peut pas dire que ses références internationales, qu’il s’agisse du vénézuélien Madura, du russe Poutine ou du bolivien Morales, soient des démocrates irréprochables.

A deux semaines de l’échéance, l’atmosphère actuelle rappelle dangereusement 1981, quand la France s’était jetée dans les bras de François Mitterrand, avant de payer au prix fort les mirages du programme commun. Aux efforts qui s’imposent et que promet sans faiblir François Fillon, les électeurs semblent pour l’heure, si l’on en croit les sondages, préférer l’optimisme émollient d’Emmanuel Macron ou les promesses folles des duettistes Le Pen et Mélenchon. Il ne leur reste plus beaucoup de temps pour reprendre leurs esprits : le rêve et la colère peuvent être efficaces pour s’abstraire un moment de la réalité mais pas pour redresser un pays.

S’il y a un vote utile, c’est celui qui permettra ce redressement.

Guillaume Roquette pour le Figaro Magazine.


Christian Balboa je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr

Publié dans Politique

Commenter cet article

Vent d'Est, Vent d'Ouest 17/04/2017 12:17

Autre point de détail concernant Mélenchon qui veut interdire le porc à la cantine pour qu'il n'y ait pas de problème. La France Insoumise ? Vraiment ?