Et si on parlait des casseroles de Mélenchon, puisque les médias ne le font pas

Publié le par LA REDACTION

Mélenchon en week-end intime avec sa directrice de communication à Saint Martin de Ré au printemps dernier. Photo prise le 3 mai 2016 à la Flotte en Ré, à côté de St Martin de Ré sur le port.

Mélenchon en week-end intime avec sa directrice de communication à Saint Martin de Ré au printemps dernier. Photo prise le 3 mai 2016 à la Flotte en Ré, à côté de St Martin de Ré sur le port.

« Il y a des gens, il suffit qu’on leur dise que Mélenchon n’est pas communiste, pour qu’ils pensent : Mélenchon n’est pas communiste ! » – Jean-Patrick Grumberg.

Jean-Luc Mélenchon l’insoumis est soumis au luxe discret de la bourgeoisie : son patrimoine se monte à 1 million d’euros – dans la droite ligne d’un autre communiste, Castro – qu’il admirait – qui a maintenu son peuple dans la misère et est mort avec une fortune estimée en centaines de millions de dollars.

Salaire

Beaucoup d’intox sur le salaire de député européen de Mélenchon.

Et si on parlait des casseroles de Mélenchon, puisque les médias ne le font pas

On le dit sénateur, il ne l’est plus, on dit qu’il cumule ses mandats avec sa retraite, il n’est pas à la retraite. En revanche, il est député européen depuis 2009, représentant du Sud Ouest, et il dit à qui veut l’entendre qu’à ce titre il gagne 6 600 euros par mois. Pas si sûr…

« Le salaire d’un député européen français est d’au moins 12 826 € brut par mois + 4264 € par an d’indemnité de déplacement +306 € par jour de présence aux réunions » selon le Journal du Net)

 

Patrimoine : plus de 1 million d’euros (source Le Monde et Capital)

Et si on parlait des casseroles de Mélenchon, puisque les médias ne le font pas
  • Mélenchon est propriétaire d’un appartement de 110 m² en bien propre à 100 % dans un quartier bobo de Paris, acquis en 2014 pour 800 000 euros + 37 000 euros de travaux de rénovation, valeur « papier » : 837 000 euros.
Résidence secondaire de Lombreuil dans le Loiret. © Constant

Résidence secondaire de Lombreuil dans le Loiret. © Constant

  • Résidence secondaire de 150 m² en bien propre dans le Loiret, acquise en 1996 pour 90 000 euros, valeur papier 190 000 euros.
  • En banque : 104 211 euros :
    • Livret de développement durable : 47 655,06 euros
    • Compte épargne logement : 10 135,69 euros
    • Livret bleu : 40 234,17 euros
    • Compte courant (au moment de sa déclaration) : 6 187 euros
    • Passif : Prêt Modulimmo reste 142 435,74 euros à rembourser. Sénat prêt personnel reste 9 287,88 euros à rembourser. Dette pour travaux, mais contentieux pour malfaçon 14 000 euros.

Maintenant ce que vous attendez tous – les casseroles :

Emplois fictifs (au pluriel) de sa fille

  • En décembre 2009, Jean-Luc Mélenchon « fait embaucher sa fille Maryline par le conseil général de l’Essonne » accuse le maire de Janvry (Essonne) Christian Schoettl. « Elle n’a pas été embauchée comme collaboratrice du groupe socialiste au Conseil général. Là, le recrutement aurait été à la discrétion du politique… mais en 2009, c’est en tant qu’agent administratif que Maryline Mélenchon a été engagée. Pour réaliser ce recrutement, la collectivité territoriale devait respecter les règles, notamment d’impartialité, qui s’appliquent à toute la fonction publique.
    […]
    Or, à l’issue de cette procédure de recrutement, qui voit-on arriver à un poste de ‘chargée de coopération’ ? La fille d’un ancien vice-président du conseil général, par ailleurs toujours sénateur de l’Essonne ».
  • En 1998, « son premier job, elle le décroche comme agent administratif à la mairie de Viry-Châtillon, toujours dans l’Essonne… elle a 24 ans. Son père est déjà vice-président du Conseil général [et] le lieutenant de Jean-Luc Mélenchon s’appelle Gabriel Amard, et c’est le maire de … Viry-Châtillon et … compagnon de Maryline. Si ce n’est pas du favoritisme, je voudrais qu’on me dise ce que c’est. »

⇒ Maryline Mélenchon a déposé plainte en référé contre Christian Schoettl. Elle a été déboutée pour vice de procédure et condamnée à lui verser 1200€.

Corruption et dilapidation de l’argent public

Christian Schoettl, qui semble avoir quelques dossiers sur Mélenchon, déclare à Capital :

  • « En décembre 1998 au Conseil général », Mélenchon signe un bon de commande à une société de communication de «conception artistique d’une carte de vœux, mais sans la fabrication ni l’impression », donc pour rien. La société s’appelle Eventissimo.

La «création» a coûté la modique somme de 18.489 euros (94.671 francs à l’époque) aux contribuables essonniens.

« Et vous savez qui était la patronne d’Eventissimo ? Isabelle Thomas, l’égérie du mouvement étudiant de 1986 contre la loi Devaquet, et animatrice avec Mélenchon de l’aile gauche du PS. »

Facture de l’agence Eventissimo :

 

Et si on parlait des casseroles de Mélenchon, puisque les médias ne le font pas
  • « Toujours en 1998, explique Christian Schoettl, Mélenchon « est chargé de l’information et de la communication au Conseil général. Il passe commande d’une campagne de relations presse pour vanter les mérites de la Fête de la République à Euro RSCG, l’agence amie des socialistes, que dirigent Jacques Séguéla et Stéphane Fouks.

Eh bien, ces 7 journées d’attachée de presse ont coûté 19.329 euros au conseil général (98.972 francs) ! Un beau cadeau aux copains. »

La facture d’Euro RSCG :

 

Et si on parlait des casseroles de Mélenchon, puisque les médias ne le font pas

Rappel à l’ordre du procureur de la République contre Mélenchon

« En 2004, d’avril à juin, Mélenchon avait utilisé pendant trois mois un véhicule avec chauffeur du conseil général. Or il n’y avait plus droit puisqu’il n’était plus au Conseil général.

Cela pourrait s’apparenter à un détournement de fonds public dont il a bénéficié, lui, et personne d’autre. J’ai porté plainte ce qui a conduit le procureur de la République à lui signifier un rappel à la loi sous la forme d’un avertissement solennel. »

Avertissement du procureur de Créteil :

Et si on parlait des casseroles de Mélenchon, puisque les médias ne le font pas

Absentéisme, Mélenchon touche son indemnité plein pot

« Entre 2000 et 2002 », conclut Schoettl qui dit en avoir beaucoup d’autres à raconter, « lorsqu’il était devenu ministre délégué à  l’Enseignement professionnel, Mélenchon n’a quasiment jamais plus mis les pieds au Conseil général… plutôt que de démissionner, il a continué à percevoir une indemnité de 2.300 euros par mois. Au total, c’est 57.500 euros d’argent public qu’a perçu le conseiller fantôme. »

Conclusion

Le franc-maçon communiste Mélenchon n’est finalement pas très honnête. Il a bien compris les règles : insoumis oui, surtout à certaines règles.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Alain Leger pour Dreuz.info.

Sources : CapitalJournal Du NetMédiapart,

Publié dans Politique

Commenter cet article

claude 21/04/2017 19:10

avoir un appartement a Paris ,une résidence secondaire (modeste) un salaire pour des activités d'élus ne me choque pas ,un coup de pouce pour que votre enfant trouve du travail !! normal . Communiste ? comme certains ministres du Général DE GAULE ou de MITTERRAND et JOSPIN ..Ce qui me Choque c'est recevoir un salaire (femme et enfants) pendant des années sans travailler ....

Senart77 21/04/2017 11:55

Et le salaire de Marine, et son patrimoine à moitié déclaré et ses emplois fictifs...

RP.PELLOUX 21/04/2017 01:20

Médiocrité, corruption, parjure; tout ce que je refuse.
Votez pour le moins mauvais à défaut de meilleur...

Pr Dr A.RENOUX 21/04/2017 00:25

EN PLUS,utilisez donc les 2 (1996et 2005) livres de Philippe Ratier traitant du trotskiste léniniste
LAMBERTISTE(les pires!!!!!!!) mélenchon!!!!!!!!!!Pr Dr André RENOUX

BURY Geneviève 20/04/2017 22:53

je suis une retraitée de 76 ans - beaucoup travaillé dans le Bénévolat Humanitaire ; pratiquement toute ma vie. Je suis chevalier de l'Ordre National du Mérite ....ma retraite est de 708.03 E....Vous comprendrez que je sois choquée.

Jean Pierre 20/04/2017 17:59

Oui moi aussi j'aime bien Mélenchon, je vais voter pour lui dimanche !

da 20/04/2017 06:27

Occupons nous d'abord des mis en examens...