Affaire Ferrand: Quand la justice n’est compétente que pour les costards de Fillon

Publié le par LA REDACTION

Affaire Ferrand: Quand la justice n’est compétente que pour les costards de Fillon

Richard Ferrand ne démissionnera pas pour la simple raison qu’il n’est coupable de rien. Ni au plan légal, ni au plan moral. Fermez le ban !

Il est vrai que le “système” le soutient à bouts de bras, contrairement à Fillon…

La grande majorité de la presse nous rabâche qu’il n’y a rien d’illégal dans cette opération immobilière datant de 2011, révélée par le Canard.

Sollicité par les Républicains, le PNF se dit incompétent. On comprend donc que la justice n’est compétente que pour les costards de Fillon. Les soupçons de conflit d’intérêt, de favoritisme ou de préférence familiale ne la concernent pas.

Bayrou, le monsieur Propre de LREM, rase les murs. Lui qui avait fait de la moralisation de la vie publique un préalable non négociable avant d’accorder son soutien à Macron, refuse de s’exprimer sur le sujet.

On le comprend. Il jurait n’avoir “aucun ticket”, aucun arrangement avec le candidat d’En Marche. On a vu… ce sont 3 ministères majeurs pour le MoDem et un bon paquet de circonscriptions après avoir tapé sur la table pour rappeler à Macron que c’est grâce à Bayrou qu’il a été élu. Bayrou, l’éternel faiseur de rois…

Il a donc obtenu ce qu’il voulait, inutile de remuer la vase avec l’affaire Ferrand.

Quant à l’entourage Ferrand, il se contente de brailler que c’est une affaire privée qui n’a rien à voir avec une mauvaise utilisation de l’argent public.

Oui, mais au moment des faits, Richard Ferrand était un élu de la République et pas seulement le DG des Mutuelles de Bretagne. Où est l’exemplarité ?

Le camp Ferrand a beau dénoncer une cabale, une malveillance, une pseudo-affaire, une dénonciation calomnieuse, tout cela ne saurait effacer un montage immobilier très lucratif qui pose beaucoup de questions.

Comment gagner gros sans apport et sans risque, ainsi se résume l’affaire Ferrand.

 

En conclusion cette affaire d’immobilier nous montre une nouvelle fois la cupidité du monde politique, toujours prêt à user de toutes les ficelles du système à des fins d’enrichissement personnel.

Et le plus exaspérant, c’est que le nouveau président et le gouvernement, qui ont bâti leur programme sur la moralisation de la vie publique, se comportent comme les autres dès qu’il s’agit de protéger un des leurs.

Fillon et Le Roux n’ont pas bénéficié d’un tel soutien.

Où est la moralité de ce nouveau pouvoir ? Où est son éthique ? Où est sa déontologie ? Où est l’exemplarité qu’attendent les électeurs de leurs élus ?

Où est la moralité qu’exigeait Bayrou avant de devenir garde des Sceaux ?

Dans une consultation ouverte sur internet, 65% des Français estiment que Ferrand doit démissionner.

 

“Pour Eric Alt, le vice-président de l’association anti-corruption Anticor, l’affaire qui touche le ministre de la Cohésion Territoriale ne relève pas du pénal. Mais elle est moralement condamnable et devrait pousser le ministre à quitter ce gouvernement”.

S’il se refuse à écarter son ministre, au mépris de la volonté du peuple, Macron aura fait la preuve de son hypocrisie en matière de morale publique.

(...)

 

Article complet ici: ripostelaique.com​​​​​​​

 

 

Publié dans Gouvernement

Commenter cet article

kanopus 27/05/2017 16:35

Sans commentaires puisqu'il n'y a plus de justice en France depuis longtemps, il reste seulement
en mémoire le mur des cons... et dedans on y va de plus en plus vite !!! Un remarque tout au plus :
dans l'hypothèse, vraisemblable, où il y aurait une trop courte majorité à l'assemblée et des non élus ou réélus, alors oui, certaines têtes de ce gouvernement pourraient disparaître très rapidement... Wait and see donc !