Aucun mot d’Emmanuel Macron en faveur du policier brûlé par les antifas

Publié le par LA REDACTION

Alors que Macron se déchaîne contre l’extrême droite lors de son dernier meeting de campagne, à Paris, ce lundi 1er mai, ce ne sont pas  » les instruments du pire  » qui mettaient le brin à Paris, c’étaient des antifas, ces charmants énergumènes qui ne risquent rien à faire flamber un policier de la CRS 51 :


 

Aucun mot d’Emmanuel Macron en faveur du policier brûlé par les antifas

Victime d’un jet de cocktail Molotov, l’homme est dans un état d’urgence absolue. Mais selon Macron, c’est le FN qui est d’une obscénité absolue !

A quand remonte donc la mort violente et voulue d’un homme par le fait de frontistes ou plus exactement par des ultras frontistes ? A 1995, un 1er mai sur le pont du Carrousel, à Paris. C’était du temps où le FN était aux mains de JMLP, des anciens de l’OAS, de l’Action Française radicale, des nostalgiques de l’Algérie française. Mais pour Macron, il fallait aller s’y recueillir, déposer une gerbe, histoire d’amalgamer le FN d’aujourd’hui à celui d’hier. Procédé aussi efficace que ridicule.

Aussi ridicule que scandaleux… mais voyez-vous, c’est Macron, il a tous les droits comme celui d’aller faire campagne sur les 642 morts d’Oradour, comme celui d’aller récupérer les morts de la Shoah au Mémorial de Paris. Macron c’est celui, comme tant d’autres  » progressistes », qui ne voyait pas en quoi il y avait problème à aller faire donner du rap à Verdun. Macron, c’est un peu  » j’irai danser sur vos tombes  » si cela peut permettre de me faire élire et de rappeler à tout un chacun que tous ces morts avaient entre elles un point commun : Celui de la peste noire, de la bête immonde forcément encore féconde, de l’Italie des années 30,…,  bref, vous l’aurez compris, celui de l’extrême droite… Obscène Emmanuel Macron. Qui ose, après avoir critiqué dans l’outrance le FN, dire qu’il ne condamnera jamais un électeur du FN, ce pauvre individu qui se laisse emporter par la colère, colère générée et entretenue pour les dirigeants du FN, dirigeants qu’il nous annonce vouloir combattre jusqu’à son dernier souffle… Pauvre Emmanuel Macron ! Ce type est de plus en plus insupportable.

Et le voila s’en prendre à Nicolas Dupont Aignan… Nous parlions des antifas, de cette extrême gauche alliée utile de la gauche de gouvernement, personne ne s’offusqua que Hamon et Melenchon aient pris langue pour éventuellement se rassembler afin de gagner. Personne ne s’offusqua, et surtout pas les socialistes, que Mélenchon fasse allégeance, sans condition, à François Hollande. Personne pour s’offusquer des ralliements de la CGT, de LR, de la LCR. Personne pour s’offusquer que Cohn-Bendit, ex-banni et ex-pédophile , rejoigne Macron.. A gauche,chez les  » progressistes  » on a tous les droits…

Alors voyez-vous quand à droite, quelques-uns essaient de faire de même, là non, ça ne passe pas. NDA n’avait pas à faire alliance avec le FN. Verbotten ! Avant ce coup de tonnerre, cette  » alliance contre nature », tout le monde se foutait de NDA, un petit candidat dont on railla le faible score au premier tour, un score suffisamment bas pour qu’il ne soit pas remboursé de ses frais de campagne. Il amusait NDA. Pensez donc: un souverainiste, gaulliste, qui entendait mettre Debout La France et se voyait gagner l’élection. On rigola. Et puis soudain, le voilà annoncer qu’il fait alliance avec MLP,  » une alliance et non pas une fusion « , une MLP dont il deviendrait, si elle était élue, le premier ministre ! Scandale, horreur, malheur ! Et du fin fond de la gauche jusqu’à la droite, des vomissements se font entendre quand des bateleurs d’estrade (Kassovitz, Lellouche, etc…) préfèrent se répandre en insultes:  » Nicolas, t’es une petite pute !  » Alors comme cela, un rapprochement entre DLF et le FN ne serait pas possible. Et bien, non. Depuis deux jours, NDA est devenu un pestiféré, un extrémiste, un salaud ! Donc un frontiste ! Une  » petite pute  » qui amène avec lui 1 695 186 voix !  NDA a eu du courage (autant que d’opportunisme) en franchissant le rubicond, voilà qui me le rendrait presque sympathique.

Et en même temps que j’écris ces quelques lignes, j’écoute Macron. Et le voilà, après avoir rendu hommage aux gauchistes qui défilaient dans Paris, saluer les policiers qui, au cours de cette même manifestation, ont été blessés. Et le voilà prendre la défense de l’Islam, qui après tout a bien droit de cité, contre les terroristes islamistes et contre le FN. Terroristes et frontistes, des complices qui finalement ont le même but : désunir les Français. fallait oser, Macron ose tout. On dénonce souvent les outrances de Marine Le Pen, vous n’entendrez aucun commentateur dénoncer celles de Macron.

Macron, c’est le progressisme (puisque le mot socialiste est désormais proscrit), c’est le Vivre Ensemble, la diversité, l’universalisme, le mondialisme et tout ces trucs en  » isme  » qui font que, demain bien plus qu’aujourd’hui, la France ne sera plus ce qu’elle fut, ce qui la fit. Ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être.

Désolé, Manu, je n’ai pas douté, je n’ai pas choisi ton projet au premier tour, je n’y adhérerai pas plus au second tour. Je n’aime pas ton regard. Je n’aime pas tes clins d’œil racoleurs. Je n’aime pas le creux de tes discours, je n’aime pas tes tout et tes n’importe quoi.

Dimanche prochain, nous en prendrons pour 5 ans avec Macron. Quelle misère et sans doute une performance à venir : il nous fera regretter Hollande.

 » Macron, c’est le grand flou ! Entre l’électeur de droite et l’électeur de gauche qui votent pour Macron, l’un des deux, forcément, sera cocu, mais toute l’intelligence de Macron est de faire croire à l’un que ce sera l’autre et inversement. « 

Jean d’Ormesson.

 

Corto74 pour lagauchematuer.fr

Publié dans France

Commenter cet article

trublion 04/05/2017 08:08

il préfère se servir des morts de la Shoah qui eux ne peuvent plus répondre