Bayrou et le Modem, « C’est le parti des putes qui a appelé à voter Hollande en 2012 »

Publié le par LA REDACTION

Pour Gilles Bourdouleix, le Modem, « C’est le parti des putes »

Pour Gilles Bourdouleix, le Modem, « C’est le parti des putes »

Elu en 1995 maire de Cholet, député de la cinquième circonscription du Maine-et-Loire depuis 2002, porte-parole puis président du CNIP jusqu’en 2015, Gilles Bourdouleix est une figure politique incontournable du Maine-et-Loire. Habitué des déclarations tonitruantes, ennemi du politiquement correct, durablement fâché avec la presse locale qui lui mène une guerre d’usure, il a aussi réussi un petit miracle économique.

 

Breizh Info : Emmanuel Macron, tout juste élu, a choisi un premier-ministre juppéiste ; un sarkozyste, Gérald Darmanin, s’est retrouvé aux Comptes Publics. La tentation du pouvoir est forte, alors que Macron et En Marche multiplient les appels à l’ouverture à droite, est-ce que dans ces conditions une droite indépendante et d’opposition peut encore exister ?

Gilles Bourdouleix : Y a toujours eu les résistants et les collabos, l’esprit de Londres ou celui de Montoire. On peut s’allier autour d’un projet, là, les gens vont clairement à la soupe autour d’un projet socialiste de Macron, inspirateur de la politique non moins socialiste de Hollande. Macron est un usurpateur. Mes convictions survivront tandis que les arrivistes disparaîtront.

Breizh Info : Dès les législatives ?

Gilles Bourdouleix : Oui. Macron n’a eu que 52% de vote d’adhésion, c’est à dire qu’il a fait 12% au premier tour, si on compte les gens qui ont voté par adhésion à son programme. Les Français vont se réveiller et retrouver leurs valeurs, certains élus non. Je ne m’appelle pas Béchu, mais Bourdouleix, je n’ai jamais baissé mon pantalon pour entrer au gouvernement.

Breizh Info : Que pensez-vous des personnalités de droite dans le nouveau gouvernement ?

Gilles Bourdouleix : Il y en a deux à droite seulement.

Breizh Info : Et Sylvie Goulard ? Bayrou ?

Gilles Bourdouleix : Ce n’est pas la droite, c’est le Modem, bref le « parti des putes », qui a appelé à voter Hollande en 2012. La droite a été assez bête pour remettre Bayrou dans la course aux municipales, alors qu’il était cramé, en lui filant la mairie de Pau à laquelle il devait d’ailleurs se consacrer sans en sortir. Ce gouvernement, c’est du comique. Beaucoup de gauche avec quelques Modem, ça fait de la gauche.

 

Propos recueillis par Louis-Benoît Greffe

Entretien complet ici: breizh-info.com

 

Publié dans Gouvernement, Politique

Commenter cet article

kanopus 31/05/2017 11:04

Merci, tout est dit avec... les termes choisis !