Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PEUPLE DE FRANCE

La dérangeante ambiguïté d’Emmanuel Macron

2 Mai 2017, 07:30am

Publié par LA REDACTION

La dérangeante ambiguïté d’Emmanuel Macron

Les Français ont ainsi attendu de longues semaines le programme d’En marche! comme s’il s’agissait là d’un vulgaire produit et non du destin de la France! Dans ses meetings, le candidat a laissé voir des scènes ahurissantes durant lesquelles, comme un bonimenteur de foire, il s’égosillait en finale pour convaincre la foule.

 

L’art bien commercial de ne fâcher personne

Le personnage offre un physique lisse au point d’être insipide, parfait mais sans charme ni expressivité. Son regard, même lorsqu’il s’enflamme, est d’une étrange vacuité, au point que le spectateur ressent un malaise indéfinissable. Il y a aussi chez lui cet art bien commercial de ne fâcher personne afin d’élargir son bassin de chalandise. Du coup, comme l’ont remarqué les commentateurs, il est d’accord avec tout le monde au risque de se contredire sans états d’âme. En toutes choses, il énonce des principes consensuels, mais jamais les moyens de leur réalisation. Sous prétexte qu’il est jeune, il prétend que ses idées sont originales alors qu’il n’en est rien.

En matière d’écologie, son programme est un copier-coller de celui de François Hollande. Sur la sécurité et le terrorisme, il s’en remet à l’Union européenne, sans voir combien elle a péché jusqu’ici en la matière. Sur l’armée, il veut «mutualiser les instruments et encourager les agences à travailler en commun», discours fumeux s’il en est. Et quand il ose des coups d’éclat, comme son affirmation que la culture française n’existe pas ou que la colonisation française en Algérie fut un crime contre l’humanité, il se reprend très vite face à la polémique et se contorsionne pour dire qu’il l’a dit sans le dire.

Les intérêts ont remplacé les convictions

Chez lui, tout est conciliant, flou, ambivalent, contradictoire, fluctuant, en phase avec une époque où les intérêts ont remplacé les convictions et où les corpus politiques semblent trop contraignants pour qu’on y adhère, se laissant le choix opportuniste d’être à gauche et à droite. La France votera donc pour la «nouveauté», mot magique sur les gondoles de supermarché et, désormais, dans les urnes. Ce n’est qu’en l’essayant qu’elle saura si la marchandise est bonne mais, malheureusement, aucun remboursement n’est prévu en cas d’insatisfaction.

Article complet ici: letemps.ch

Commenter cet article

trublion 03/05/2017 08:27

un article qui définit parfaitement le personnage, un comédien bonimenteur