Législatives : chaos à tous les étages !

Publié le par LA REDACTION

Législatives : chaos à tous les étages !

Les législatives sont devenues un simple exercice de style depuis l’introduction du quinquennat. Le président élu trouve facilement une majorité et il faut être doté d’une médiocrité égale à celle de Hollande pour la perdre en chemin. Mais 2017 est décidément unique en son genre. Après avoir élu Emmanuel Hollande, il est bien compliqué de se fabriquer une majorité (ne parlons même pas de sa cohérence). La grogne commence déjà à enfler au sein d’En Marche qui peut toutefois compter sur les divisions internes des Républicains et du Front national. Le PS, lui, est cliniquement mort.

Il y a toujours du monde pour enfumer du gogo. En rangs serrés, les marcheurs d’Emmanuel Macron ont tout écrasé sur leur passage avec à la clé une Présidence de la République qui est tombée comme un fruit pourri. Mais dès lors qu’il faut s’assurer une place au chaud au Parlement, l’armée de Spartacus prend des airs de chaos qui ont déjà des accents hollandais. On allait voir ce qu’on allait voir ! Le 11 mai serait la date fondatrice de la majorité présidentielle. Les candidats intronisés par En Marche devaient tous être présentés et dégager la vieille clique politicienne. Tous les candidats ? Non, seuls 428 sur 577 ont été officiellement investis. Où sont donc passées les 149 circonscriptions qui manquent à l’appel ?

Pourtant les parvenus et autres traîtres ne se sont pas fait prier pour se faire connaître et espérer prendre un confortable siège de député. Parmi eux, on compte Gaspard Gantzer, grand manitou de la communication de François Hollande – c’est-à-dire quelqu’un qui a échoué depuis cinq ans – qui a été investi En Marche dans la deuxième circonscription d’Ille-et-vilaine. Comme pour Macron, peu importe que Gantzer ait servi un pouvoir socialiste pendant cinq ans, il est temps de se refaire un bon trou même si cette fois-ci il faudra se soumettre aux gueux de France. Mais avec un peu de comm’, ils savent que tout est possible…

Certains ministres socialistes comme Stéphane Le Foll, nullité absolue qui a tourné le dos aux éleveurs et aux agriculteurs mais qui a pour grand mérite d’être le copain intime de Hollande, concourt sous les couleurs du PS, mais sans candidat En Marche face à lui…. Même chose pour Marisol Touraine, Jean-Marie Le Guen et l’inénarrable Myriam El Khomri qui a l’outrecuidance de se présenter chez les prolos de la 18e circonscription de Paris qu’elle a matraqué avec sa loi travail… Cerise sur le gâteau, Manuel Valls qui a fait des pieds et des mains pour que sa trahison soit acceptée, ne sera pas candidat En Marche mais n’aura pas à lutter contre un bébé Macron. On a du mal à voir où se trouve le renouvellement politique avec tous ces éléphants PS épargnés. Tous les autres caciques sont déjà derrière Macron mis à part Hidalgo, Hamon et Taubira dont le poids politique tend dangereusement vers zéro…

Macron reconstitue le PS – c’était prévu – et fait du Hollande en ménageant la chèvre et le chou.

(...)

Article complet ici: 24heuresactu.com​​​​​​​

 

Publié dans France, Politique

Commenter cet article