Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Peuple de France - Toute l'actualité politique en France

Législatives: Hanan Zahouani souhaite être élue député pour faire entrer le voile à l’Assemblée

12 Mai 2017, 16:00pm

Publié par LA REDACTION

Législatives: Hanan Zahouani souhaite être élue député pour faire entrer le voile à l’Assemblée

Le parti Français et Musulmans tente sa chance dans le 93 et le 94.

Les candidats en Seine-Saint-Denis : Samir Laïdi, conseiller municipal à Saint-Ouen (1ère circonscription), Mossaab Ouertatani (2e circonscription), Lahcène Charrouf (4e circonscription), Hanan Zahouani (5e circonscription), Jimmy Parat, conseiller municipal à Bagnolet (7e circonscription).

 

Voici son programme:

 

Déborah pour Europe-Israël.org

Commenter cet article

corinne 14/05/2017 18:53

c'est honteux que devient notre patrie

Louis 14/05/2017 16:13

C'est une honte.

Bernard Veriter 13/05/2017 14:08

Le voile des femmes est un phénomène culturel et non cultuel

Le voile existe depuis 4000 ans avant la naissance de Mahomet. Regardez comment les chrétiens représentent Marie la mère de Jésus : avec un voile. Ces femmes portent un voile pour cacher leurs cheveux. Et pourquoi selon vous ? Parce qu'une croyance sémitique très ancienne, considérait la chevelure comme le reflet de la toison pubienne ! Cette croyance était si répandue dans les pays d’Orient, notamment en Mésopotamie, qu’elle a fini par avoir force de loi. Aussi, le port du voile est-il rendu obligatoire dès le XIIe siècle AVANT J.-C. par le roi d’Assyrie, Teglat Phalazar 1er : « Les femmes mariées n’auront pas leur tête découverte. Les prostituées ne seront pas voilées. »
Certains affirment que le port du voile vient du culte de la déesse Ishtar associé avec la prostitution sacrée. Ishtar est représentée voilée.

C’était dix-sept siècles avant Mahomet et cela se passait en Assyrie, l’Irak d’aujourd’hui. C'est donc parce qu’un aréopage d’hommes, il y a 5000 ans, avait décidé que la vue des cheveux d’une femme excitait les hommes que les femmes doivent cacher leurs cheveux.
La tradition juive a longtemps considéré qu’une femme devait se couvrir les cheveux en signe de modestie devant les hommes.
La tradition du voile s’observe dans la Bible, comme en témoigne l’histoire de Rebecca (Genèse 24.65). Extrait de la Bible de Jérusalem : "le serviteur répondit : c'est mon maître, alors elle prit son voile et se couvrit "
Mais c’est le christianisme qui en fera une obligation théologique et un préalable dans la relation entre l’homme et la femme.
C’est Saint Paul qui le premier a imposé le voile aux femmes. Dans l’épître aux Corinthiens il écrit « Toute femme qui prie ou parle sous l’inspiration de Dieu sans voile sur la tête commet une faute. L’homme ne doit pas se voiler la tête, il est l’image et la gloire de Dieu mais la femme est la gloire de l’homme car ce n’est pas l’homme qui a été tiré de la femme, mais la femme de l’homme et l’homme n’a pas été créé pour la femme, mais la femme pour l’homme. Voilà pourquoi la femme doit porter la marque de sa dépendance.
L’église s’est servie de cet ordre pour marquer l’infériorité de la femme. . L’islam qui va naître six siècles plus tard fera référence au voile.
C’est la révolution iranienne de 1979 qui a entraîné la généralisation du voile, on en voyait très peu en France avant cette date.
Une iranienne, Chahdortt Djavann, l’auteur du livre " Bas les voiles " développe dans son livre l'idée suivante. " La construction de l’identité masculine chez les musulmans est tributaire de la pudeur et de la honte de la femme. L’honneur et le zèle de l’homme musulman, sans lesquels il n’est rien, sont à la merci du voile de la femme. Tout contact, toute tentative de rapprochement entre les deux sexes déshonore l’homme musulman «
Le Conseil d'Etat a commis une erreur en estimant que c'est d'ordre religieux - La Cour Européenne des Droits de l’Homme – CEDH -, il y a quelques années avait débouté les étudiantes turques qui attaquaient l'interdiction du voile dans les universités turques.
Il convient de se poser la question suivante : Qu’est- ce donc que cet homme arabe qui considère encore le corps de la femme comme une cause de trouble social qu’il faut enterrer sous des voiles de deuil, avouant en cela son impuissance à maîtriser ses pulsions ?
Les islamistes et les intégristes juifs et chrétiens considèrent que le diable se cache dans le corps de la femme, ils veulent nous obliger à percevoir la femme seulement comme un être de désir, une proie livrée à la concupiscence, semblable au gibier offert au chasseur.
Les religions monothéistes ont un point commun c'est celui de la haine des femmes. De nombreux passages de la Bible discriminent les femmes. Voir à ce sujet Michel ONFRAY - Traité d'Athéologie -
Pour justifier le port du voile les musulmans adeptes se basent sur la Sourate XXXIII verset 59 ainsi rédigé :
" Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants de se couvrir de leurs voiles c'est pour elles le meilleur moyen de se faire connaitre et de ne pas être offensées "
Donc, selon le Coran ce n'est pas une obligation mais un moyen pour ne pas être offensées.
Le port du voile constitue bien plus qu’un simple engagement personnel, comme semblent le penser celles qui ont choisi de le porter. Il faut comprendre les enjeux représentés par ces quelques centimètres de tissu…Par ce geste, les femmes font allégeance, elles perdent leur statut de citoyennes à part entière pour devenir des citoyennes de seconde zone avec à la clé, pour tous, l’instauration d’un dogme qui ne supporte aucune discussion ni controverse, l’intrusion dans le champ de la pensée d’une rigidité destructive de liberté
Voici un extrait de l'arrêt Refah de la Cour Européenne des Droits de l'Homme qui déclare la Charia contraire à la Convention Européenne des Droits de l' Homme « 72. A l'instar de la Cour constitutionnelle, la Cour reconnaît que la charia, reflétant fidèlement les dogmes et les règles divines édictées par la religion, présente un caractère stable et invariable. Lui sont étrangers des principes tels que le pluralisme.
Le voile de l'Islam ne concerne que les femmes libres ; les esclaves ne sont pas autorisées à se voiler. Certains jurisconsultes vont jusqu’à dire que les parties honteuses de l’esclave vont du nombril aux genoux seulement. La raison invoquée est qu’on ne peut acheter une marchandise cachée.
La pudeur islamique :
Si la femme musulmane se trouve en présence d'une femme musulmane il convient de cacher la partie du corps qui se trouve entre le nombril et le genou.
En présence d'une femme non musulmane et d'un mahram (homme avec qui elle ne peut pas se marier) : Entre le haut de la poitrine et le genou.
En présence d'un homme quelconque : Tout son corps à part le visage et les mains.

Pourquoi portent-elles de longues jupes ou robes ? C’est à l’origine pour des questions pratiques ancestrales, comme les paysannes en Lorraine. Il n’y avait pas de toilettes dans le désert et les champs lorrains, aussi les femmes pouvaient satisfaire à leurs besoins sans que les hommes puisent admirer leur anatomie grâce à ces longues robes. Malgré la vie qui a évolué vers les cités, avec des toilettes, la tradition est restée et celles qui portent ces longues robes n’en connaissent pas l’origine.
Comment définir les limites de la pudeur au 21ème siècle ? Quelles seraient, d’un point de vue respectueux de la foi religieuse, les parties honteuses ? Comment apprécier les changements énormes survenus dans les mœurs et les comportements sociaux en terre d’Islam depuis quinze siècles ?
Les fondamentalistes nous disent de nous en tenir à la lettre du Coran. Mais voilà, le Coran, à sa manière, a intégré les normes morales et sociales de son temps.
Sur Facebook j’ai participé à un débat sur le voile à l’université. J’ai glané quelques échanges et réflexions. Le bon sens montre qu'à l'université c'est ce qui est dans la tête qui est utile, pas ce qui est dessus.
Quand on porte le voile c’est parce qu’on a fait le choix de se séparer de ce bas monde pour élever son âme spirituellement. Et ainsi s’éloigner du péché.
Adeline Belperin : « Oui ça reste très choquant.. je suis étudiante en droit et je ne suis toujours pas habituée à voir des filles avec le voile dans mon université.. après tout nous devons retirer chapeau, bonnet et casquette quand nous entrons donc pourquoi cela ne s'applique pas au voile? «
Sarah Ishtar : « Car pour une fille voilée, lui retirer, ce serait la dénuder complètement, et cela serait par conséquent une atteinte à sa dignité, à son intégrité...Le bonnet, la casquette, n'a pas cette dimension, et je crois qu'il est nécessaire de respecter les croyances et convictions de chacun, du moment que personne ne les impose à qui que soit.. Cela s'appelle le vivre ensemble, d'ailleurs l'uniformisation c'est moche. Le monde on l'accepte dans sa diversité, pas autrement «
L'université al-Azhar vient de définitivement mettre fin au débat autour de l'obligation religieuse de porter le voile islamique qui couvre la tête en concluant qu'il s'agirait plus d'une habitude enracinée que d'un devoir religieux dicté par Dieu.


L'université d'Al-Azhar a accordé la mention excellent au Cheikh Mustafa Mohammed Rashid qui pour sa thèse de doctorat en charia et loi et qui a porté sur le thème du port du voile islamique en islam, entre obligation ou habitude. Le soutenant a conclu, à travers sa thèse, que le Hidjeb n'est pas une obligation religieuse, mais une habitude.
Le voile n'est pas une obligation, a tranché Al-Azhar , L’ Université du Caire.
S'appuyant sur l'analyse des versets coraniques, utilisés pour mettre l'accent sur le devoir des femmes de porter le voile, le Docteur Mohamed Rachid a précisé que tous les versets n'ont jamais évoqué l'obligation de "se couvrir la tête pour les femmes" et qu'elles ont été énoncées "dans un contexte historique bien précis", en évoquant les versets adressés aux femmes du prophète QSSSL, ainsi qu'à ses fidèles, à l'époque. Mettant en exergue l'interprétation erronée des versets par certains religieux qui n'ont pas eu recours à la raison et au sens critique, le doctorant a déclaré que "l'obligation" du voile en islam est fausse et que les femmes ne sont pas tenues par son port. Après l'étude de la thèse du Cheikh Mustapha, plusieurs spécialistes et théologiens ont conclu que cette étude approfondie des versets coraniques met un terme au débat autour de l'obligation ou non du voile.
Malika Sorel: Pour que les Français comprennent bien les défis dans lesquels ils ont été entraînés malgré eux, je souhaite rappeler que le voile, comme l'avait longuement développé l'islamologue Abdelwahab Meddeb dans une tribune publiée en décembre 2009 dans le Monde, n'est pas un simple bout de tissu. Il constitue, pour citer ses mots, «une atteinte au principe de l'égalité et de la dignité partagées entre les sexes (…) et qu'il convient de situer la prescription du voile dans une société phallocratique, misogyne, construite sur la séparation des sexes, sur une hiérarchie des genres.» La question que vous me posez dépasse donc, et de loin, celle de la laïcité puisque ce sont les fondements de la société française qui se trouvent ici questionnés. Certes, le voile n'est pas une exclusivité de l'islam puisqu'on en trouve la présence dans d'autres religions au travers des âges, mais les Français, et leurs combats en témoignent, ont su faire évoluer leurs pratiques depuis déjà fort longtemps. De surcroît, la société française a toujours été mixte, y compris dans les campagnes reculées, et la féminité objet d'éloge et non de rejet, comme en témoignent la peinture et la sculpture.
Une femme qui se voile devient pour les autres musulmanes une leçon de morale ambulante qui peut ouvrir la voie à l'exercice, sur ces dernières, d'une pression de leur entourage ; d'où la prolifération des voiles que l'on observe. Le voile n'est donc pas neutre et peut se muer en instrument d'amputation de liberté pour un certain nombre de femmes.

Ange Bleu
Le voile doit être une démarche personnelle dans un pays musulman, en occident c'est une démarche de provocation et le plus souvent orchestré par les prosélytes salafistes, les jeunes filles qui se voilent devraient garder à l'esprit qu’elle ne fera jamais partie des visées politiques de ces mêmes prosélytes, elles ne sont qu' un instrument.
Une femme âgée et une jeune fille qui se voilent n'ont pas la même approche, une femme âgée respecté une tradition qu'elle a toujours connue, la jeune fille, née en occident adopté ce tissu par provocation sans se rendre compte que celui ci est liberticide pour elle de par sa vocation à l'isoler de notre société, c'est un moyen sûr de maintenir celle ci sous contrôle.
Les prosélytes, eux, ont utilisé le voile comme test, la prochaine étape étant le niqab qui a pour but de réduire le droit des femmes à celui d'enfants, ce niqab est porté à Paris sans que la justice ne s'en inquiète, bien plus grave, ls chancellerie à clairement donnée les directives aux forces de l'ordre de ne plus interpeller les femmes qui les portes, les salafistes viennent de remporter une victoire en créant une brèche dans notre laïcité, ils y sont parvenus avec l'aide des islamo-socialistes du gouvernement, tout ceci découle de l'islam qui n'est pas une religion mais un mode de vie, une société qui refuse de s'intégrer mais au contraire adapté la société du pays où elle s'installe.