Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Peuple de France - Toute l'actualité politique en France

L’énorme manipulation Macron en 4 actes

6 Mai 2017, 12:00pm

Publié par LA REDACTION

L’enfumage touche tous les publics, toutes les couches sociales. D’abord, ceux complices du pouvoir, électeurs indéfectibles, ensuite ceux qui, tout en le critiquant voire le combattant, devant le « danger fasciste », le rejoignent. C’est le cas des leaders de la France insoumise radicalement hostiles qui demandent à leurs électeurs de faire barrage au FN. C’est-à-dire de faire élire Macron. Question fondamentale : représente-t-il le moindre mal, à moins que, pour juguler la peste, on favorise le choléra.

Ce débat du 3 mai fut éludé, simplificateur, parfois inaudible, comme l’ont été les élections où, pour la première fois, les deux grands partis ont été éliminés, remplacés par deux figures antagonistes incarnant deux visages de la France. Mais comment un système à bout de souffle, discrédité, méprisé, a-t-il pu, pour se maintenir, fabriquer un candidat téléguidé présenté comme un homme de renouveau, au-dessus des partis, au fil d’une campagne médiatique sans précédent pour l’encenser et lyncher son concurrent ?

Ainsi, a-t-on l’impression qu’à une France de gauche s’oppose une France de droite mais de façon consensuelle, avec alternance et complicité de fait, s’est substituée une France coupée en deux : d’un côté la périphérie, de l’autre les métropoles, d’un côté les petites gens, les oubliés de l’histoire attachés à leur vieux pays, de l’autre les nantis, les modernes, les citoyens du monde plus préoccupés de leur réussite que de leurs racines. Quatre axes de réflexion permettent de comprendre les manipulations :

1/ la candidature de Macron a été montée de toutes pièces par Hollande qui, démonétisé, n’entendait pas se représenter et cherchait un joker, incarnant la jeunesse, la modernité et les « nouvelles classes » mondialisées. Ce sera Macron qu’il aidera à ses débuts en lui laissant le temps de se muscler pour jouer l’homme de la rupture « au-dessus des partis », tout en feignant, lui, président, d’être trahi et ulcéré.

2/ Hollande veille aussi sur les primaires du PS et fait en sorte que soit élu le candidat le plus extrémiste, Hamon, repoussoir idéal pour les sociaux-démocrates, qui disposeront ainsi d’un passeport pour rallier Macron « seul candidat crédible ».

3/ Parallèlement, Hollande surveille les primaires de la Droite en espérant que Juppé, candidat compatible avec la gauche, l’emportera. Pour le soutenir, 700 000 électeurs de gauche iront voter Juppé. En vain, Fillon gagnant les primaires grâce à son programme radical dont certains aspects ne sont pas loin de ceux défendus par le FN, programme rompant avec les habituelles professions de foi, interchangeables droite gauche et vice versa, et qui sera vivement critiqué par les tièdes et les mous du camp centriste et républicain. Survient alors le complot contre Fillon, « révélé » par un hebdomadaire au-dessus de tout soupçon et entretenu par le clan politico-juridico médiatique. Il s’agit de créer un climat de défiance pour brouiller les cartes, faire oublier son programme et inviter les électeurs à manifester leur colère au nom de la vertu outragée : promus soudain gardiens de la morale, ils se détournent de leur candidat, bouc émissaire d’un monde politique auquel les Français ne croient plus.

 

4/ Le complot a réussi et placé en finalistes Macron et Marine Le Pen, ce que souhaitait Hollande. Le moment est venu de demander aux électeurs de droite et de gauche de se dresser contre le FN non pas à cause de son programme qui, comme tout programme, est discutable, mais à cause de ce qu’il porterait en lui de dangereux : procès d’intention donc plus qu’analyse raisonnée. Il s’agit de persuader les électeurs qu’ils sont le rempart au fascisme imminent, comme avant le premier tour on avait fait d’eux les gardiens de la morale. Ainsi, après avoir tout manipulé pour créer le duel MLP/Macron (avec l’appui des appareils de droite), la gauche feint d’être surprise et atterrée et appelle au secours. Dire cela ce n’est pas prendre parti pour MLP mais c’est dénoncer une situation créée de toutes pièces par ses détracteurs mêmes, as de la manipulation.

Voter Macron, défenseur des valeurs républicaines et démocratiques, incarnation du bien (ou du moindre mal), faire  barrage au FN (figure du mal absolu) : un devoir pour chaque Français qui pourra ainsi se parer du titre de sauveur de la République. En réalité, en effrayant les électeurs pour les amener à voter massivement, il s’agit d’obtenir non une victoire pour Macron mais un plébiscite. D’où les invites pressantes : ne vous abstenez pas, ne votez pas blanc sinon vous devenez complices et passibles du Purgatoire. Pour ceux qui votent Marine Le Pen, c’est l’Enfer. Seuls les électeurs de Macron iront au Paradis. On verra même des élus LR lancer un « site contre le FN », Estrosi se proposant d’aller faire la danse du ventre à Avignon devant les cultureux. On verra même Thierry Solere, ancien porte-parole de François Fillon et qui, au moment des « affaires », l’avait courageusement abandonné, comparer le FN aux nazis… Mais parler ainsi du « péril extrême » que représenterait le FN c’est faire silence sur le vrai péril islamiste, concret celui-ci ; c’est tenter de faire oublier enfin que le FN est un parti reconnu par la République, respectant ses institutions et qu’on ne saurait accuser d’être un parti comploteur, liberticide et responsable d’attentats. Double manipulation du corps électoral qui, une fois encore, conforté dans sa bonne conscience, va se laisser duper.

Dernière manipulation : les leaders de droite entretiennent leurs troupes dans l’illusion en leur laissant croire que les législatives corrigeront les présidentielles et constitueront un contre-pouvoir au nouveau président : ultime enfumage car la plupart des nouveaux élus, fidèles à leur opportunisme, à leur voracité et à leur couardise, cautionneront Macron en lui apportant la majorité dont il aura besoin pour gouverner, façon 4e République. Quant aux électeurs de Fillon, cocus et battus, en votant Macron ils éliront l’un des artisans du complot qui a éliminé leur candidat. A eux, ainsi qu’à tout citoyen, de décider s’ils veulent ouvrir les yeux ou accepter le prêt-à-porter électoral.

Article complet de Max Chaleil ici: ripostelaique.com​​​​​​​

Commenter cet article