Marlène Schiappa, l'erreur de casting

Publié le par LA REDACTION

Marlène Schiappa, l'erreur de casting

Si la composition du premier gouvernement Macron, donne dans l’ensemble une impression d’équilibre, il faudra être vigilant à propos la secrétaire d’état à l’égalité homme-femme, Marlène Schiappa dont certaines déclarations passées nous rappellent certaines figures sectaires des gouvernements socialistes précédents (Christiane Taubira, Najat Vallaud-Belkacem-Belkacen ou Laurence Rossignol).

Vous pourrez en jugez vous-même dans une vidéo en fin d’article  dont voici quelques extraits :

« Les infractions à la loi de 1905 sont très nombreuses, je pense à la diffusion, sur France télévisions, donc sur la télévision publique, qui est financée en très grande partie par l’argent public, à la diffusion de messes et de certaines cérémonies religieuses. Ces programmes religieux sont présentés comme faisant partie de l’accès à la connaissance de la religion, mais il s’agit de théologie et de promotion du fait religieux qui, on l’a très bien vu, font la promotion de l’oppression des femmes, d’une façon plus ou moins douce, d’une façon bienveillante ou, en tous cas, bien markétée, en disant que la place des femmes serait plutôt auprès de leurs familles … dans la cuisine, qu’il faudrait, aider les femmes, au nom du féminisme, à s’écarter de la vie professionnelle et de la vie publique, pour s’investir davantage dans leurs rôles d’épouse, de mère, etc … qui sont les rôles traditionnels que l’Eglise réserve aux femmes. […]«

« L’idée est qu’il y a une inégalité naturelle de substance entre les hommes et les femmes et que les hommes et les femmes n’ont pas le même rôle et que le corps des femmes est vécu comme une tentation et ça, c’est un point commun dans toutes les religions monothéistes juive, musulmane et chrétienne. Et ces religions sont d’accord entre elles pour dire que les femmes sont inférieures aux hommes et sur ce fond d’idéologie différentialiste, qui dit que sur la base d’une différence biologique – les femmes portent les enfants et accouchent, et les hommes, pas – et ces religions construisent un certain nombre de stéréotypes de genre très dangereux qui vont au delà du sexisme avec la volonté de contrôler le corps des femmes.  […]«

 

« Les trois religions monothéistes partagent une conviction profonde, qui émane de leurs religions, que les hommes et les femmes ne sont pas égaux, doivent être différentiés et que le corps des femmes représentent une forme de tentation. On le voit quand il y a séparation, dans toutes les religions, entre les hommes et les femmes. Et ça, ça existe dans l’islam, dans la religion chrétienne et aussi dans la religion juive. Et ce message sous-tend que les femmes seraient impures et que le corps des femmes serait impur ! On a ça dans plusieurs religions que le corps des femmes doit être caché, doit être dissimulé, que les femmes devraient être pudiques et ne pas tenter les hommes. […]«

Est-il nécessaire de commenter ces propos outranciers ? Juste trois remarques :

  • Ces propos n’ont pas été tenus au siècle dernier mais le 20 octobre 2016 dans un colloque organisé par la fondation Jean-Jaurès. Pas sûr que ce dernier assume totalement la teneur des contrevérités. Où Madame Schiappa voit-elle que la religion chrétienne sépare encore aujourd’hui les hommes et les femmes ? Dans quelle église a t-elle entendu que la femme était jugée inférieure à l’homme ?
  • Mais ce qui me choque et même me scandalise, c’est que cette femme, renvoie, dos à dos, les trois religions monothéistes, sur le plan de l’égalité homme-femme. Non, madame Schiappa, seul l’islam discrimine aujourd’hui les femmes. Par la séparation physique des hommes et des femmes, notamment dans les mosquées, par le port du voile imposé aux femmes ! Votre idéologie vous aveugle et finalement vous faire piétiner votre féminisme à géométrie variable.
  • Est-il réellement choquant que les religions parlent de tentation à propos du corps des femmes ? Cette tentation n’est-elle pas une des méthodes que la nature (certains diront Dieu) a utilisé pour garantir la pérennité de la race humaine. Ce qui est choquant, par contre, c’est qu’une religion, fasse de la discrimination vis-à-vis des femmes en les mettant « sous bâches » pour délivrer les hommes de la tentation ! Je suis violemment contre … par principe … et par goût personnel …


 

On lira également avec intérêt cette chronique de Marlène Schiappa publié en juillet 2014 dans le Huffington Post sous le titre : « Non, cher Manuel Valls, les quartiers populaires ne sont pas antisémites« .

Cette chronique est un long et laborieux plaidoyer pour exonérer les quartiers sensibles de toute forme de responsabilité dans l’antisémitisme. Je n’en ai extrait qu’un seul argument que je livre à votre réflexion :

« Dreyfus au XIXème siècle, condamné par qui ? Par les habitants des quartiers populaires ? »

Et je termine par le clou de la chronique : le passage consacré à l’interdiction du voile jugée illégale par l’auteur qui nous « régale » d’un raisonnement :

« L’article 1er de la loi de 1905 prévoit que la République ‘ne reconnaît, ne salarie, ne subventionne aucun culte’. Ni plus ni moins. Interdire le voile, c’est reconnaître le voile comme signe religieux, donc reconnaître une religion, interdire le voile à l’école est donc contraire à la loi de 1905. »

Curieux raisonnement qui appellent quelques remarques :

  • L’auteur joue sur la phrase « la République ne reconnaît aucun culte » en oubliant d’indiquer que dans la phrase suivante de la loi dit que les services d’aumonerie dans les établissements publics (lycées, hôpitaux, etc …) pourront être financés. Ce qui signifie que la République reconnait tout de même l’exercice des religions !
  • « Interdire le voile, c’est reconnaitre le voile comme signe religieux » ! Mais qu’est le voile sinon le signe majeur et emblématique de l’islam en France ?
  • Quand au raisonnement qui veut que lorsqu’on interdit un signe religieux, on serait en contradiction avec la loi de 1905, il tient plus du sophisme que du raisonnement logique. Cela me rappelle le célèbre exemple de sophisme : « Tout ce qui est rare est cher. Or le bon marché est rare. Donc le bon marché est cher !«

Et pour terminer ce dernier extrait qu’on croirait sortir de la bouche de Christiane Taubira ou de Najat Vallaud-Belkacem-Belkacem :

« Interdire aux femmes voilées d’accompagner les sorties scolaires de leurs enfants relève ni plus ni moins de l’islamophobie. »

De la même façon que descendre dans la rue pour défendre la filiation naturel et le droit des enfants à avoir un père et une mère était « ni plus ni moins » que de l’homophobie !

Une erreur de casting …

On espère que la nomination de Marlène Schiappa n’est qu’une simple erreur de casting. On se serait contenté de vérifier le casier judiciaire et la situation fiscale des nommés au gouvernement et omettant de vérifier certaines de leurs déclarations déplacées …

A l’inverse, si cela n’est pas une erreur de casting et si cette femme a bien été nommée pour ses positions idéologiques, alors cela nous inquiète au plus haut point et renforce notre inquiétude liée au penchant libertaire d’Emmanuel Macron.

Il est plus que jamais impératif de donner aux Républicains, sinon une majorité à l’Assemblé nationale, au moins un groupe parlementaire le plus puissant possible, pour agir comme un garde-fou aux éventuelles futures velléités libertaires du président.

Christian Balboa pour lagauchematuer.fr​​​​​​​
 

Publié dans Gouvernement

Commenter cet article

ben 15/06/2017 16:40

Pour moi elle a raison. Pour une fois quelqu'un qui parle franc.
La religion ok, mais à la maison, le reste doit rester neutre.