Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Peuple de France - Toute l'actualité politique en France

Parti socialiste : Valls déserte, Aubry, Taubira et Hidalgo se sauvent

12 Mai 2017, 10:00am

Publié par LA REDACTION

Sauve-qui-peut chez les socialistes.

Sauve-qui-peut chez les socialistes.

Ça bouge encore au Parti socialiste. Ça remue et ça se tortille dans tous les sens pour échapper à l’évaporation pure et simple, à la disparition spontanée, à la volatilisation des idées et des hommes bien entamée par le processus électoral présidentiel.

Comme souvent au PS, l’heure de la « refondation » a sonné. Ce terme me fait rire, car depuis que j’existe, j’entends parler de la refondation du PS, parti que j’ai vu cent fois mourir et cent fois redémarrer. Au Nouvel Obs, c’est devenu un véritable marronnier,  une jouissance rituelle pourrait-on dire, dont ce parti et les journaux qui le soutiennent semblent avoir du mal à se passer.

SAUVE-QUI-PEUT

Mais pour l’heure, la refondation a des allures de sauve-qui-peut. Et là, à chacun ses méthodes. Jean-Christophe Cambadélis, en bon chef d’un parti en passe de devenir fantôme, ne pense qu’à assurer la survie de ses députés selon la méthode éprouvée de la « synthèse » (voir tweet ci-dessous).

 

Dès mardi dernier, il prenait tous ses crayons de couleurs, ses ciseaux et sa colle pour nous concocter une plateforme législative qualifiée de « constructive », c’est-à-dire susceptible d’être Macron-compatible (trois pas à droite), et de « vigilante », c’est-à-dire susceptible de capter l’attention des électeurs de Benoît Hamon, voire de Jean-Luc Mélenchon (trois pas à gauche et Cambadélis au milieu).

REFONDATION À GAUCHE

C’est là que nous arrivons à une première refondation du parti socialiste. Le candidat malheureux a annoncé hier matin qu’il lancera dès le 1er juillet prochain un nouveau mouvement, sans nom pour l’instant, dont le but sera :

"de reconstruire une gauche inventive, qui dépassera les étiquettes politiques."

Si Benoît Hamon pensait à Anne Hidalgo, Martine Aubry ou Christiane Taubira lorsqu’il adoptait cette idée typiquement macronienne de dépasser les « étiquettes politiques », c’est plutôt raté, car au moment précis où il annonçait son mouvement, ces dames faisaient de même, avec deux coquetteries supplémentaires : leur mouvement a d’ores et déjà un nom, « Dès demain », et il est mis au monde, si l’on peut dire, selon une tradition typique des refondations du PS : la tribune dans le journal Le Monde.

Article complet ici: contrepoints.org

 

Commenter cet article