Renouvellement des élites: Le premier rétropédalage de Macron

Publié le par LA REDACTION

Le premier rétropédalage de Macron

Le premier rétropédalage de Macron

Après avoir déclaré hier à Albi qu’il voulait renouveler les élites politiques “jusqu’au bout”, notamment en annonçant qu’il n’investirait pas aux législatives des candidats issus d’autres partis, Emmanuel Macron s’est lancé dans un premier rétropédalage.

 Ce matin, sur RTL, il a concédé qu’il ne demanderait pas à ses candidats de renoncer à appartenir un autre parti. En revanche, il leur demande de présenter leur candidature sous l’étiquette “En Marche” et non sous l’étiquette de leur autre parti.

Cette inflexion du discours et des orientations est un premier signal envoyé sur la stratégie qui sera celle du prochain président de la République avant les élections législatives. Face à la difficulté (réelle) de recomposer de l’intérieur une classe politique majoritaire, Emmanuel Macron est obligé de lâcher du lest.

Vers un discret accord électoral avec le PS

Sur le fond, les préoccupations d’Emmanuel Macron sont loin d’être antagonistes à celles des candidats socialistes aux législatives. Réduits au stade quasi-groupusculaires par Benoît Hamon, les sortants du PS ont en effet un problème colossal à régler, comme c’est le cas pour Jean-Christophe Cambadélis. Dans ce fief intact depuis 1986, le PS est arrivé troisième, loin derrière Mélenchon et Macron…

D’un côté, un éléphant socialiste mis en danger par les Insoumis. De l’autre, un candidat d’En Marche totalement inconnu qui aura bien du mal à frayer son chemin, faute d’avoir commencé sa campagne. Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que l’idée d’un code de bonne conduite s’impose aux protagonistes s’ils veulent éviter une percée majeure des insoumis.

Un rétropédalage à géométrie variable

Selon toute vraisemblance, le discret accord électoral de Macron avec le PS devrait prendre des formes très variables.

Dans un certain nombre de cas, Macron investira un sortant socialiste, sous réserve (à ce stade,

Article complet de Éric Verhaeghe ici: atlantico.fr

 

Publié dans Macron

Commenter cet article