Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Peuple de France - Toute l'actualité politique en France

Présidentielle: manifestations « anticapitalistes » dans plusieurs villes, et affrontements avec les forces de l’ordre

8 Mai 2017, 10:30am

Publié par LA REDACTION

Des mobilisations ont eu lieu dimanche soir après l’annonce de l’élection d’Emmanuel Macron, notamment à Paris, Nantes et Grenoble.

Ils ont exprimé leur mécontentement dans la foulée des résultats du second tour. Plusieurs manifestations « anticapitalistes », certaines émaillées d’incidents, ont eu lieu dans la soirée du dimanche 7 mai, notamment à Paris, Nantes et Grenoble, après la victoire du candidat d’En marche ! Emmanuel Macron à la présidentielle.

A Paris, plus de 300 manifestants se sont rassemblés dans le quartier populaire de Ménilmontant. Aux cris de « Tout le monde déteste la police », de jeunes hommes pour la plupart, vêtus de noir, cagoulés ou bas du visage dissimulé, ont jeté des projectiles. Les policiers ont répliqué par du gaz lacrymogène et ont rapidement encerclé une centaine d’entre eux. Quelques groupes se sont dispersés dans l’Est parisien, brisant notamment des vitres d’un collège et lançant des projectiles contre un véhicule de police, selon une source policière.

 

A Nantes, environ 450 personnes selon la préfecture, se sont rassemblées derrière une banderole « Soyons ingouvernables » et aux cris de « Macron démission » ou « Macron dégage, résistance et sabotage »

A Lyon, environ 300 personnes se sont rassemblées dès l’annonce des résultats pour un « troisième tour social ». « Antifascistes et anticapitalistes », « face à Macron et au capital, lutte sociale »

A Grenoble, 350 militants anarchistes et de l’ultra gauche se sont rassemblés devant la préfecture. Un « cortège sauvage » s’est ensuite engagé sur plus d’un kilomètre, avant d’être dispersé par des tirs de grenade, selon la police.

A Strasbourg, des incidents ont éclaté lorsque une manifestation d’extrême gauche d’une centaine de personnes s’est retrouvée face à face avec une dizaine de militants d’extrême droite. La police a procédé à « une dizaine d’interpellations », selon l’adjoint au maire (PS) chargé de la sécurité, Robert Herrmann.

 

Article complet ici: Lemonde.fr

Commenter cet article