Présidentielle: Merci, pour ce naufrage M. Hollande !

Publié le par LA REDACTION

Présidentielle: Merci, pour ce naufrage M. Hollande !

Enfin, cette campagne présidentielle se termine avec l’élection d’Emmanuel Macron. Mais il n’est pas inutile de rappeler qu’il s’agit d’une élection par défaut, car, en tenant compte des abstentions et des bulletins blancs et nuls, il n’est le représentant que d’environ 40 % des électeurs français.

Je tiens aussi à mettre l’accent sur le niveau inqualifiable de cette campagne présidentielle, indigne d’une démocratie.

Le summum a été atteint au cours du débat télévisé du 3 mai, qui a vu les deux candidats s’invectiver à la manière de nos jeunes dans une cour d’école à la « récré ».

Normal, me direz-vous, car ce débat opposait la fille à papa au fils à maman !

Je constate encore, aujourd’hui, le mal fait à la France par l’épisode de mai 68. J’ai l’impression que mai 2017 sera aussi une référence, peut-être encore plus mortifère. J’ai encore en tête mai 68 avec son slogan vengeur : « Tous pourris ». Il y aura maintenant mai 2017 avec son slogan désespéré : « Tous cocus ».

Pour être élu au deuxième tour, M. Macron a récupéré une majorité de voix d’électeurs venant voter « en se pinçant le nez ». Qui peut croire à la stabilité d’une pareille majorité ?

Aujourd’hui, notre pays est coupé en quatre entre : En Marche, le FN, les Républicains et les Insoumis.

On dit souvent que les grands partis ne meurent pas. J’espère que ce sera le cas des Républicains – même si ça ne sera pas simple.

Quant au PS, qui s’est dilué dans En Marche et les Insoumis, il a dépassé le stade du ridicule. Surtout, « n’y touchez pas, il est brisé »…

Qui peut croire que les prochaines élections législatives régleront ce problème insoluble d’une France coupée en quatre ?

Dans ce naufrage, M. Hollande porte une responsabilité totale.

Ne pouvant se représenter avec son bilan désastreux, il a manœuvré très habilement pour nous imposer cinq ans de plus de socialisme, avec un Hollande bis.

Après le succès, plus que mitigé, du livre qui lui était consacré : « Un président ne devrait pas dire ça », je conseillerais à François Hollande d’utiliser ses prochains loisirs pour écrire une suite : « Un président ne devrait pas faire ça » !

Guy Fromont pour les4verites.com​​​​​​​

 

Publié dans Hollande

Commenter cet article

Relin martine 12/05/2017 10:58

Le pire est qu il est réussi à mettre son poulain à la plus haute fonction de président que lui même à galvaudé d une facon méprisante en mettant pleins les poches au passage et su ils vont continuer ensemble