Taxe d’habitation : la promesse démagogique d’Emmanuel Macron qu’il devrait vite renier

Publié le par LA REDACTION

Taxe d’habitation : la promesse démagogique d’Emmanuel Macron qu’il devrait vite renier

La réforme de la taxe d’habitation prévue par Emmanuel Macron semble aller à contresens des objectifs que nous serions en droit d’attendre d’un tel projet.

La taxe d’habitation est une ressource majeure des collectivités locales (entre 40 et 50% de leurs recettes). Sa philosophie est saine. Vous demeurez dans une commune, vous participez aux frais de fonctionnement de cette commune. Elle est complétée dans cette même logique par la taxe de séjour pour les touristes et la taxe sur les habitations mobiles pour les personnes qui vivent dans des caravanes ou assimilées.

LA « GRANDE » IDÉE D’EMMANUEL MACRON

Emmanuel Macron, dans un grand élan de démagogie, a déclaré la taxe d’habitation « impôt injuste » et décidé que les foyers dont le revenu fiscal pondéré serait inférieur à 20 000€ par part (40 000 pour un couple, 50 000 pour un couple avec un enfant) devaient en être exempté. Ce qui revient à terme à en exempter 80% des foyers français.

Le manque à gagner pour les communes serait comblé par une augmentation proportionnelle (« au centime près » à affirmé le candidat…) de la dotation…

Mais où diable ce Président va-t-il trouver ces sommes dans un budget national qui en est déjà à 32% de déficit ? Et comment en actualiser les montants virtuels dans les années qui suivent ? Certaines communes ne seront-elles pas tentées d’en augmenter les taux d’autant plus rapidement que la charge pèsera sur l’État et non (directement) sur les contribuables locaux ?

La réponse à ces interrogations est simple : augmentation de la fiscalité nationale ! Il s’agira donc de reprendre d’une main ce que l’autre aura fait mine d’accorder.

 

LA « TAXE FONCIÈRE », LA SEULE VRAIE TAXE À SUPPRIMER !

Si la taxe d’habitation se justifie intellectuellement (un citoyen jouit d’infrastructures publiques au financement desquelles il participe en fonction de ses moyens et de ses revenus), la taxe foncière n’a en ce qui la concerne aucune justification. Basée sur la valeur locative d’un bien dont vous êtes propriétaire (ou accédant à la propriété, ce qui est encore pire !), elle n’a d’autre intérêt que de participer au processus de paupérisation des foyers français.

(...)

Article complet ici: contrepoints.org

 

Publié dans économie, Macron

Commenter cet article

Vent d'Est, Vent d'Ouest 14/05/2017 16:41

Si j'ai bien compris, "Le manque à gagner pour les communes serait comblé par une augmentation proportionnelle (« au centime près » à affirmé le candidat…) de la dotation…". et de l'augmentation de la CSG non déductible dès 1 200 € de pension de retraite, comme annoncé par ailleurs, et quelques autres mesures à venir, sans doute. Il abandonnerait cette généreuse idée de supprimer la taxe d'habitation initialement prévue dans trois ans. Abandonnerait-il également l'idée de poinçonner les retraités ? Je serais plutôt pessimiste car il faut bien trouver de l'argent quelque part pour financer les clandestins par toutes les aides possibles et imaginables et autres demandeurs d'asile en RSA et son cortège d'avantages de toutes sortes. On n'est pas sorti de l'auberge espagnole...