Une nouvelle affaire judiciaire plombe La République en marche

Publié le par LA REDACTION

FRANCOIS MORI / POOL / AFP

FRANCOIS MORI / POOL / AFP

C’est une nouvelle que le comité d’éthique de la République en marche ne risque pas d’apprécier. Une information du Parisien, révélée ce mercredi soir, vient confirmer la rumeur selon laquelle Laurent Zameczkowski, candidat LREM dans la 6e circonscription des Hauts-de-Seine (Neuilly, Puteaux, Courbevoie-Sud) est accusé de “violences conjugales” par son épouse.

Philippe Juvin, le président départemental des Républicains, avait donc raison. Ce mardi, le député européen accusait Laurent Zameczkowski  dans un communiqué de délits ayant “fait l’objet d’une plainte au mois d’avril pour coups et blessures, violence conjugale et dégradation de biens privés», et exhortait le parti présidentiel à “s’expliquer d’urgence sur la situation réelle de [son] candidat”. Toutefois, il reconnaissait l’absence de preuve matérielle.

Si l'on ignore si le membre d’En marche était au courant de cette plainte le visant, déposée le 18 avril, il apparaît normal que les forces de l’ordre, ne connaissant pas le statut d’homme politique de Laurent Zameczkowski, la range dans la pile des affaires à traiter, sans lui donner une priorité sur les autres. Ironie du sort, c’est justement lorsque le candidat LREM est allé déposer plainte pour diffamation que la police a pu faire le lien entre les deux affaires, et l’a donc convoqué au commissariat dès ce jeudi.

Ce 18 avril, une dispute éclate entre Laurent Zameczkowski et sa femme, au beau milieu de l’enceinte du collège Pasteur où ils avaient rendez-vous avec une conseillère d’orientation. Si le candidat admet avoir endommagé le smartphone de sa femme et reconnaît “une légère bousculade”, son épouse évoque des “griffures” et affirme avoir eu le “poignet tordu” durant l’altercation.

Contacté par le quotidien francilien ce mercredi, le principal intéressé continue de nier l’existence d’un épisode violent. “Oui, j’ai abîmé le téléphone portable de mon épouse mais ça s’arrête là, elle n’a pas été blessée, se défend-il. Pour tout dire, la seule personne blessée dans cette histoire, c’est moi. Je me suis ouvert la main avec l’écran du téléphone…”, a-t-il expliqué.  

 

valeursactuelles.com

 

Publié dans France

Commenter cet article