Bruno Le Maire redécouvre le « fil à couper le beurre  »

Publié le par LA REDACTION

Bruno Le Maire redécouvre le « fil à couper le beurre  »Bruno Le Maire redécouvre le « fil à couper le beurre  »

Le ministre de l'Economie a redécouvert le « fil à couper le beurre ».

Bruno Le Maire a dit qu'il fallait prendre « immédiatement » des « décisions difficiles » pour respecter les 3% de déficit public, car « les comptes publics sont dégradés. Le précédent gouvernement n'a pas budgété des dépenses quasi certaines, comme la recapitalisation d'Areva (géant du nucléaire en difficulté, NDLR), et laissé filer la dépense depuis le début de l'année ». Il poursuit  :  «  Baissons-nous les bras? Ou prenons-nous immédiatement des décisions nécessaires pour tenir les engagements du chef de l'État ? L'intérêt national impose de prendre ces décisions difficiles pour repasser sous la barre des 3% de déficit public ». Le constat, tout le monde le connaissait depuis longtemps et l’équation est quasiment insoluble  s’il veut faire  face aux reliquats et  « en même temps » satisfaire  les   promesses d’une campagne qu’il  a combattue. Si c’est pour reculer à 2019 la transformation du CICE en baisse des charges, on a déjà vu : on commence par augmenter les impôts, ensuite on reporte les baisses, et on fait croire qu’on va reboucher un trou sans fond. Il ne me fera pas  croire qu’il ne s’y attendait pas. La continuité ! Ces décisions difficiles, d’ailleurs, il se garde bien de les détailler, car ce n’est  pas lui qui décidera. Il faudra qu’il demande à Benjamin Griveaux son avis, et c’est  Jupiter qui tranchera, s’il tranche ! Je veux bien que la maîtrise des déficits soit la « condition de notre souveraineté »,  et  qu’elle soit « impérative », mais en affirmant ces truismes, il  enfonce des portes  ouvertes,  ou pire, il redécouvre le « fil à couper le beurre  » !

C’était  bien une trahison !

Au-delà de ces mesures, Bruno Le Maire a réitéré la volonté de réformes fiscales du gouvernement, dont « la hausse de la CSG de 1,7 point », une « baisse de la taxe d'habitation » Avec  ces deux mesures phares aussi inéquitables qu’injustes, ce sont les classes moyennes qui vont  en prendre plein leur kilt, et particulièrement les retraités. Il tourne le dos à ses propres propositions et défend avec vigueur un  projet qui n’est  pas le sien. Autrement dit, il est passé dans le camp Macron sans rien apporter que lui-même, donc pour satisfaire uniquement sa soif de pouvoir.  C’est le  principe  même de la trahison.  Le raisonnement vaut  pour Edouard Philippe qui cautionne les  choix du chef de l’Etat et qui doit  subir humiliation sur humiliation : après les « conseillers communs », c’est le discours de politique générale du président-Jupiter  devant le congrès,  la veille du sien devant l’Assemblée. Philippe transformé en perroquet !  Que peut-il dire de différent ?  En quoi peut-il s’affranchir ? Les  conséquences ont été désastreuses pour leur famille politique, comme on l’a vu aux législatives. Ils cautionnent  la démarche d’une poignée de frondeurs  dits « constructifs », dont  l’apport à la majorité présidentielle sera identique,  c’est-à-dire rien,  puisqu’on peut se passer d’eux. Une démarche totalement inutile faite pour gêner toute forme d’opposition raisonnable dont  ils voudraient s’arroger le monopole. C’est totalement  bidon et politicien. Ceux qui seraient tentés  de suivre leur chemin  en paieront le prix lors des rendez-vous électoraux qui suivront. Qu’ils n’oublient  jamais que si le Président et son Premier Ministre sont au plus haut aujourd’hui, il n’y a pas loin du Capitole à la Roche tarpéïenne. Les Français ont le désaveu facile surtout quand on prend en compte la base électorale qui soutient vraiment. Le pouvoir actuel, pas plus que le bon peuple, ne voient le gouffre qui se creuse sous nos  pieds. J’aimerais bien être optimiste 

 

 

Vous n'avez pas encore notre application ? Téléchargez gratuitement l'application mobile "Peuple de France" dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Publié dans Gouvernement

Commenter cet article

Vent d'Est, Vent d'Ouest 27/06/2017 19:47

Quand on vous disait qu'il fallait voter FN pour contrecarrer tous ces vendus LR, même ceux de ce camp qui feignent de fustiger publiquement les LR "Macrocompatibles", à part une très petite poignée, ... Quant aux vendus FI ils sont dans la même veine, et dont une certaine Obono qui va vivre dans les dorures de la République tout en "niquant la France", avec la bénédiction de son chef de file, le camarade Mélenchon. À l'intention des Français qui ont voté pour elle, si elle "nique la France", de facto elle vous "nique" aussi !

Vent d'Est, Vent d'Ouest 27/06/2017 20:09

Ah, j'oubliais un petit additif à mon commentaire : quand Danielle (tiens, une autre, mais écrit différemment) Simonnet, mélenchoniste et féministe, défend sa copie Obono et qualifie les Français de « Vieux cons de blancs ». Moi, cela ne me gêne en aucune façon, vu que je n'ai pas voté pour qui que ce soit faisant partie de ce faux trotskiste de Melenchon qui en a plein les "fouilles" sans jamais travaillé de sa vie comme vous et moi, les mains dans le cambouis. Si vous ne me croyez pas, ayez la curiosité de fouiller un peu sur Internet, il y circule plein d'informations à ce sujet, et sans fake news garanti.