Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Peuple de France - Toute l'actualité politique en France

Budget 2017: Hollande a vidé les caisses avant de partir

11 Juin 2017, 07:00am

Publié par LA REDACTION

Budget 2017: Hollande a vidé les caisses avant de partir

Malgré 2,7 milliards d’euros d’éléments favorables, les dépenses de l’Etat ont complètement dérapé de janvier à avril.

 

Comme chaque début de mois, le ministère des Finances publie la « situation mensuelle budgétaire » de l’État. La « SMB », pour les initiés. La publication de ce matin est un peu particulière dans la mesure où elle concerne la situation budgétaire de l’État à la fin avril. La dernière du quinquennat Hollande. Son testament budgétaire en quelque sorte.

On y apprend que sur les quatre premiers mois, le déficit s’est creusé de 1,4 milliard d’euros, passant de 56,5 milliards d’euros fin avril 2016 à 57,9 milliards fin avril 2017, alors même que cycle économique est en nette amélioration.

Le déficit s’aggrave parce que les dépenses explosent : +3,2 milliards d’euros en un an (134,5 milliards d’euros fin avril). Pas pour investir : les dépenses d’investissement sont en recul de 1,5 % depuis le début de l’année.

Si la dépense progresse, c’est à cause des dépenses de personnel et de fonctionnement qui ont bondi respectivement de 3,2 % et 6,9 % en un an.

Point d’indice. Dit autrement, la décision de François Hollande de relever le point d’indice des fonctionnaires en avril 2016 et février 2017 a coûté 1,33 milliard d’euros au budget de l’État en quatre mois.

 

Alors qu’il s’agit traditionnellement d’un poste de rationalisation des coûts et donc d’économies potentielles, les dépenses de fonctionnement ont progressé exactement de la même manière : +1,33 milliard d’euros, à 20,6 milliards d’euros. On pourrait ajouter les dépenses d’intervention, c’est-à-dire les aides économiques et sociales versées par l’entité publique, qui ont également bondi de 10,8 % sur les quatre premiers mois de l’année : 3,1 milliards d’euros de dépenses supplémentaires.

Ainsi, malgré plusieurs facteurs favorables pour la dépense comme la baisse de la charge de la dette, de l’investissement, des prélèvements sur recette au profit des collectivités locales et de l’Union européenne - pour un total de 2,7 milliards d’euros tout de même - les dépenses de l’État ont augmenté de 2,4 % sur les quatre premiers mois de l’année. Une progression nettement supérieure à l’objectif de 1,6 % inscrit dans la loi de finances 2017.

 Raphaël Legendre pour lopinion.fr​​​​​​​

 

Commenter cet article