Hausse de la CSG : inefficace et injuste

Publié le par LA REDACTION

Hausse de la CSG : inefficace et injuste

Hausse de la CSG : inefficace et injuste

Elle n’est ni sociale ni efficace, elle pénalise les Français non salariés.

La CSG serait relevée de 1,7 point : c’est une des mesures phares du programme En Marche. Le prétexte est triple : accroître le pouvoir d’achat des salariés en diminuant les retenues maladie et retraite sur leur salaire, accroître la compétitivité des entreprises en diminuant le coût du travail, et finalement compenser cette baisse des cotisations (donc des recettes de l’URSSAF) par un prélèvement sous forme de relèvement de la CSG.

Le dispositif était le même que celui du programme Fillon, à un détail près, mais d’importance : la compensation se faisait par un point de plus de TVA. Au lieu d’une TVA sociale, c’est la CSG sociale.

PAS D’EFFET SENSIBLE SUR LE POUVOIR D’ACHAT

L’une et l’autre n’ont aucun effet sensible sur le pouvoir d’achat : ce que gagnent les salariés sur leur feuille de paye est à peu près compensé par l’augmentation de la CSG qu’ils verseront. L’une et l’autre n’ont aucun effet sensible sur la compétitivité : les charges sociales, qu’il s’agisse de la part patronale comme de la part salariale (toutes deux prélevées sur le salarié et répercutées dans le coût), sont d’un niveau très élevé en France à cause du système de l’assurance maladie et des retraites.

En passant de la répartition à la capitalisation on pourrait abaisser de moitié le coût de la protection sociale, à prestations égales. Par rapport à cette solution adoptée chez beaucoup de nos concurrents, la baisse des cotisations est du bricolage.

TVA ET CSG

Reste maintenant l’incidence respective de la baisse de la TVA et de la CSG. Avec la TVA, ce sont tous les ménages français, tous les consommateurs qui paient. Si le coût du travail a baissé et si cette baisse a été répercutée dans le prix de vente (ce qui n’est pas mécanique), ils perdent en TVA des produits consommés ce qu’ils ont gagné sur le prix.

Avec la CSG ce sont tous les ménages français qui sont frappés, mais une discrimination est faite en faveur des salariés, puisqu’ils bénéficient d’une baisse de cotisations, ce qui n’est pas le cas des non salariés, au premier rang desquels les retraités, mais aussi les travailleurs indépendants, les artisans et libéraux.

 

La facture est lourde pour les retraités, à tel point que le programme Macron prévoit une allocation particulière pour les personnes percevant de bas salaires ou de petites retraites, suivant la grande méthode française : on taxe puis on exempte.

 

On n’est pas sûr que l’équilibre financier de cette innovation soit assuré. De plus, la logique de la CSG est une fois de plus violée : elle devait au départ financer l’assurance maladie, elle est maintenant un impôt très lourd sur tous les revenus. D’autre part, la baisse des prix peut être traitée par nos concurrents étrangers comme une subvention déguisée à nos producteurs nationaux : du « dumping social » à la française.

Voilà comment des réformettes engendrent déficits, bureaucratie et injustices, alors que les entreprises françaises retrouveraient leur compétitivité avec deux réformes qui ne se feront pas : celle du Code du travail et celle de la Sécurité sociale.

Jacques Garello pour contrepoints.org

 

Téléchargez gratuitement l'application Peuple de France pour mobile sur Google Play en cliquant ici:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

 

 

Publié dans économie, Macron

Commenter cet article

Théophile 14/07/2017 09:50

Je pense qu'il faut prendre du recul et considérer qu'on ne peut plus financer la sécurité sociale avec des cotisations sur salaire sans plomber considérablement la compétitivité de la France et sans faire préférer l'automatisation à l'emploi faiblement qualifié. La TVA est un bon prélèvement pour financer les coûts sociaux directement liés à la production (retraite, part contributive de la santé concernant le remboursement du salaire du malade) et la CSG est un bon prélèvement pour financer la solidarité qui n'est pas liée spécialement au travail (remboursement des soins, politique familiale, voire RSA que les départements ne savent plus payer). Après il faut une cible et une trajectoire de mise en oeuvre mais cette vision est indispensable et aurait dû être le principal débat de la présidentielle...

Candide 18/06/2017 15:02

En diminuant les retenues maladie et retraite sur salaire des salariés pour augmenter leur pouvoir d achat, MAcron oublie de dire que automatiquement le salaire étant plus élevé , leur impôt va augmenter , ce qui permettra au gouvernement de récupérer ce que il dit avoir donné. Comme d bah
Donc tout le monde se fait avoir