Soyaux: Quand la police contacte les religieux musulmans pour mettre fin aux attaques des « jeunes »

Publié le par LA REDACTION

Soyaux: Quand la police contacte les religieux musulmans pour mettre fin aux attaques des « jeunes »

Lu dans Sud-Ouest du 30 mai 2017  :

Les tensions ne retombent pas à Soyaux. Mardi vers 17 heures, les policiers étaient alertés par trois postiers, retranchés dans leur agence du Champ-de-Manœuvre, encerclée, selon leurs déclarations, par une cinquantaine de jeunes gens. (…) 

Que s’est-il passé ? Lors d’un point presse, plus tôt dans l’après-midi de mardi, le préfet de la Charente, Pierre N’Gahane, expliquait que depuis samedi des tensions agitaient le quartier. Samedi, un jeune homme faisait un rodéo en quad. La population avait demandé l’intervention de la police. Cela s’était « relativement » bien passé. Dimanche après-midi, des jeunes jouaient avec des bouches à incendie, pour pouvoir s’arroser durant cette journée caniculaire. Là encore, les habitants avaient alerté la police. Les pompiers avaient eu du mal à refermer les bouches. Un véhicule de patrouille avait été caillassé.

Lundi soir, vers 19 heures, un jeune homme roulait à motocross, dont il n’était pas le propriétaire, sans casque, à vive allure et en sens interdit. La police a tenté de l’interpeller, le motocycliste aurait alors délibérément foncé sur le véhicule des fonctionnaires. Une soixantaine de jeunes  selon la police auraient alors encerclé la voiture des policiers, la caillassant. 

Après que le calme soit revenu aux alentours de 20 h 30, les policiers étaient de nouveau appelés pour un feu de poubelles. A leur retour, les fonctionnaires constataient de nombreuses dégradations dont des tags nommant des policiers ou invoquant Daesh et Hitler.

Ils faisaient alors usage de bombes lacrymogène et de balles de défense, non létales, pour disperser les dizaines de personnes présentes. Ils n’ont procédé à aucune interpellation. Lire l’article intégral

La dispersion de ce regroupement de personnes a pris fin lorsque a débuté l’appel à la prière dans la mosquée du quartier, implanté à proximité immédiate de la Place Jean-Jacques Rousseau, selon les témoignages policiers.

La police a  été appelée par la préfecture à se mettre en relation avec le président du Conseil Régional du Culte Musulman de Poitou-Charentes, Monsieur Abdelkader Bouazza,  président de la mosquée d’Angoulême, afin qu’un « message d’apaisement » soit transmis à la communauté musulmane du quartier de Soyaux.

 

Publié dans France, islam

Commenter cet article

kanopus 05/06/2017 12:21

Il faut les arrêter, rouvrir les casernes ou en créer de nouvelles, et leur apprendre - ainsi qu'aux
parents - ce que doit être la vie en France et le respect dû à la collectivité. De surcroît, cette "période" doit être obligatoirement musclée , être "studieuse" dans tous les sens du termes ou sportive, mais très sérieusement encadrée et..., avec le temps qu'il faut !
Pas de quota - malgré le nombre impressionnant de ces "jeunes" à qui personne n'ose donner un nom -, mais quelques moyens qui couvriront les dégâts et les blessures faites aux forces de l'ordre ! Enfin, prendre conscience, pas seulement les électeurs, mais, bien sûr, celles et ceux qui sont
censés nous représenter et, au premier chef le dernier président élu avec 43% ! Cela dit, il faut bien comprendre que le problème ne fera que s'amplifier sans action immédiate et il serait bon que
le futur gouvernement prenne enfin le taureau par les cornes. Pessimiste je suis, et je ne suis sans doute pas le seul à le penser. Non ?

Vent d'Est, Vent d'Ouest 05/06/2017 09:21

C'est tout ce que Collomb est capable de conseiller à ses policiers ? On croit rêver ! Négocier au lieu d'agir. Cela me rappelle les heures sombres de notre Histoire...