Les quartiers perdus de la République

Publié le par LA REDACTION

Les quartiers perdus de la République

Dernièrement, le quartier parisien La Chapelle-Pajol a fait la une des journaux, suite à une pétition lancée par des femmes courageuses qui souhaitaient attirer l’attention des pouvoirs publics sur les harcèlements dont elles sont régulièrement victimes dans ce quartier.

Les journalistes, avec leurs précautions de langage, dans la droite ligne du politiquement correct, ont parlé de machisme dans un quartier populaire.

Faux ! Ce quartier n’est pas un quartier populaire ; c’est un territoire ethnique occupé par des populations africaines, maghrébines et par des immigrés désœuvrés, vivant de rapines et de trafics divers.

C’est un quartier perdu de la République, comme il en existe des centaines en France et pas seulement dans les grandes villes et banlieues, mais également, de plus en plus, dans les campagnes.

Le quartier du 19e arrondissement de Paris où j’habite est en voie de devenir, à son tour, un quartier perdu de la République et j’en ressens beaucoup d’amertume et de tristesse.

Les femmes voilées, dont beaucoup de très jeunes filles, y sont de plus en plus nombreuses.

D’anciens cafés où l’on prenait un petit noir sur le zinc ont été transformés en « lounge » où l’on fume la chicha.

Des restaurants africains, des boucheries hallal et des épiceries exotiques ont remplacé les magasins traditionnels.

On ne parle quasiment plus le français sur les lignes de métro qui desservent mon quartier.

On se souhaite « bon ramadan », alors qu’une majorité de personnes ignore ce que signifient l’Ascension et la Pentecôte, n’y voyant que des jours de congé toujours bons à prendre.

Devant ce changement de population et de comportement, j’ai pensé naïvement que les élections présidentielles allaient provoquer une réaction de rejet de cette société multiethnique et un sursaut de patriotisme.

Eh bien, pas du tout !

Au premier tour des élections présidentielles, dans le 19e arrondissement, Mélenchon, le candidat qui veut régulariser tous les immigrés sans papier, a obtenu près de 31 % des suffrages contre moins de 6 % pour Marine Le Pen.

Si un candidat musulman s’était présenté (cela arrivera plus rapidement qu’on ne le pense), nul doute qu’il aurait obtenu le meilleur score dans plusieurs quartiers de Paris, dans certaines banlieues, et peut-être même dans certaines villes comme Trappes et Roubaix.

En analysant ces résultats, j’en ai déduit que les Parisiens étaient soit masochistes, soit des bobos-barbus friands d’exotisme, ou alors déjà minoritaires.

À noter que c’est dans le 13e arrondissement, là où se trouve le quartier chinois, que Marine Le Pen a fait l’un de ses meilleurs scores à Paris. La communauté asiatique serait-elle plus lucide que les Français d’origine sur les dangers d’une France musulmane ?

Marcel Comtesse pour les4verites.com

 

Publié dans Immigration

Commenter cet article