Lettre d’Eric Brunet à Emmanuel Macron: « La France a besoin de ses riches pour affronter la crise »

Publié le par LA REDACTION

Emmanuel Macron et Eric BrunetEmmanuel Macron et Eric Brunet

Emmanuel Macron et Eric Brunet

Eric Brunet a écrit une lettre ouverte à destination du président de la République. L’animateur et éditorialiste de RMC et BFMTV demande à Emmanuel Macron de résoudre le problème de la fuite des riches contribuables français vers l’étranger.

« La France a besoin de ses riches pour affronter la crise ». Dans une lettre ouverte, Eric Brunet a décidé d’alerter Emmanuel Macron. Le président de la République doit se soucier du sort de ces riches contribuables qui ont décidé de quitter la France.

 

Paris,
Le 27 juin 2017

Monsieur le Président de la République,

La France a besoin de ses riches pour affronter la crise. Or, l’année dernière, 12.000 Français détenant « un million ou plus » ont quitté notre pays. De tous les pays du monde, la France est celui qui a perdu le plus de contribuables riches en 2016. Elle précède le Brésil et la Chine.

Cette hémorragie n’est pas nouvelle. En 2015, nous détenions déjà le record mondial du nombre de riches ayant quitté leur pays. Et entre 2000 et 2016, la France a perdu 60 000 millionnaires. La situation s’est fortement aggravée à la fin du quinquennat de François Hollande : les seules années 2015/2016 représentent le tiers des départs sur cette période.

Selon le dernier rapport annuel du ministère des Finances, les départs à l’étrangers des foyers ayant un revenu fiscal supérieur à 100.000 euros ne cessent d’augmenter. En 2014,l’administration fiscale a d’ailleurs enregistré plus de 4.100 départs chez ces ménages, soit une nouvelle hausse de 10% en un an.

Comment se porterait notre économie si nos riches étaient restés en France ? Si les 60.000 millionnaires, évaporés depuis 2010, vivaient encore dans nos départements ? Ces Français exilés ne seraient-ils pas plus utiles dans nos capitales régionales qu’à Londres, Bruxelles, Genève, Lisbonne ou New-York ?

Il faut se rendre à l’évidence : après cinq ans de fiscalité basée sur le principe « il y a de l’argent en France, il suffit de le prendre là où il se trouve », le consentement à l’impôt s’est gravement érodé chez les plus aisés. Cette évasion s’ajoute à d’autres exils tout aussi préjudiciables (LinkedIn annonçait récemment que la France se classait au second rang mondial pour la fuite des cerveaux, derrière l’Inde).

En janvier 2015, alors ministre de l’économie, vous déclariez à Las Vegas: « il faut des jeunes français qui aient envie de devenir milliardaires ». Vous l’avez constaté : le nombre de milliardaires français diminue. Ils étaient 74 en 2013 ; 67 l’année suivante. Il en restait 39 en 2015. Un exode aux conséquences dramatiques car les trois quarts des fortunes françaises ont été réalisées par des entrepreneurs, à l’instar de Xavier Niel, et n’ont pas été héritées.

Souvent caricaturé, l’exil de nos riches est une réalité douloureuse car le potentiel économique, le dynamisme et l’argent de ces Français, bénéficie aujourd’hui à des économies concurrentes.

Afin d’inverser la tendance, nous devons donc :

  • retenir les contribuables riches qui songent à partir,
  • faire rentrer une partie de ceux qui vivent à l’étranger,
  • attirer de nouveaux « riches » afin qu’ils investissent dans notre économie, comme s’emploient à le faire nos voisins européens.

Vous devez savoir que des centaines de milliers d’exilés, revigorés par votre élection, attendent un signe de votre part. Ils me le disent tous les jours à la radio: « Nous ressentons à nouveau la fierté d’être Français », «France is back !».

Durant votre campagne, vous vous êtes engagé à faire évoluer l’ISF. Cette réforme doit être votée rapidement, sans pénaliser les Français propriétaires de leur résidence principale.

Mais il faut aller plus loin encore et simplifier la fiscalité sur les cessions d’actifs et les plus-values, encore soumise à de nombreuses conditions restrictives.

Dans l’espoir que vous aurez à cœur de réformer des dispositions fiscales qui pèsent lourdement sur l’économie de notre pays, je vous prie de croire, Monsieur le Président de la République, en l’expression de mon profond respect.

 

Eric Brunet
Editorialiste et Animateur
RMC, BFMTV

Sources: www.Dreuz.info - Bfmtv.com

 

 

 

 

Vous n'avez pas encore notre application ? Téléchargez gratuitement l'application mobile "Peuple de France" dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Publié dans Macron

Commenter cet article

Vent d'Est, Vent d'Ouest 27/06/2017 00:34

Pas seulement les riches, les retraités pauvres lourdement taxés partiront à leur tour vivre sous d'autres cieux fiscaux plus cléments. Beaucoup de Français, assurez-vous, M. Brunet, sont à nouveau fiers d'être français. Vous ne devez citer que ceux-là et vous taisez certainement d'autres qui sont de moins en moins fiers lorsqu'ils sont témoins, à titre d'exemple, la liste n'étant pas exhaustive, qu'une députée fraîchement nommée puisse "niquer la France" et que ni M. Macron, ni M. Mélenchon, ni aucun ministre ne la recadre, et qu'au contraire même certaines "zélites" prennent fait et cause pour elle au nom de la liberté et laissent la "justice" condamner Zemmour pour avoir dit la vérité sur l'Islam, permettez-moi d'en ortement douter. Et puis être fier à nouveau d'être français et déclarer en anglais : "France is back" ? Vous vous fichez de qui, là ?