Loire : les femmes voilées interdites sur le nouveau site de baignade de Lorette

Publié le par LA REDACTION

Loire : les femmes voilées interdites sur le nouveau site de baignade de Lorette

Un an après la polémique autour des messages diffusés sur les panneaux municipaux invitant les musulmans à vivre le ramadan « sans bruit », la ville de Lorette refait parler d’elle. Cette fois, c’est le règlement du bassin de baignade naturelle, inauguré la semaine dernière, qui fait des vagues.

Un règlement qui interdit l’accès aux lieux, aux femmes voilées. Sur le site internet du plan d’eau, on aperçoit dans la partie règlement un pictogramme représentant une tête portant un voile. Le tout barré d’un trait rouge. Au milieu des interdictions d’écouter de la musique ou d’entrer avec du verre sur le domaine de baignade. La municipalité a pris un arrêté en ce sens en date du 8 juin. Arrêté qui peut être contesté dans un délai de deux mois devant le tribunal administratif de Lyon.

« Sur la plage sont autorisées les casquettes, chapeaux, paréos, tee-shirts, shorts de plage. Sur la plage sont interdits, monokini, burkini, voile dissimulant partiellement ou totalement le visage, combinaison »
(extrait de l’article 4 de l’arrêté municipal)

Une plainte déposée

Une interdiction qui fait bondir les acteurs qui luttent contre les discriminations et pour le vivre ensemble, comme la Maison des Potes 42. L’association a décidé de porter plainte (conjointement avec l’ADASLCD). Elle interpelle aussi le Préfet de la Loire, le Procureur de la République et Saint-Etienne Métropole, qui a co-financé ce projet. Pour Hamza Ould-Mohammed est le Président de la Maison des Potes 42, le maire de Lorette va trop loin.

(...)

activradio.com

 

 

Vous n'avez pas encore notre application ? Téléchargez gratuitement l'application mobile "Peuple de France" dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Publié dans France

Commenter cet article

Peche5 28/06/2017 21:02

Si cela ne leurs plait pas ces enturbanne, qu'ils retournent dans leurs pays