Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Peuple de France - Toute l'actualité politique en France

Médecins sans frontières va ouvrir un centre d’accueil pour jeunes migrants isolés à Paris

3 Juin 2017, 09:00am

Publié par LA REDACTION

Un membre de Médecins sans frontières avec un migrant. Image d'illustration.

Un membre de Médecins sans frontières avec un migrant. Image d'illustration.

Médecins sans frontières va, dès la rentrée, se lancer dans l’accueil des jeunes migrants isolés à Paris.

Un centre d’information et de soins, puis des places d’hébergement à l’hôtel et chez l’habitant : dès la rentrée, Médecins sans frontières (MSF) va se lancer dans l’accueil des jeunes migrants isolés à Paris.

« Nous comptons ouvrir début septembre un centre d’accueil de jour à Paris, d’une capacité de 50 personnes maximum, qui offrira aux mineurs tous les services – médicaux, sociaux, juridiques – dont ils pourraient avoir besoin », explique Corinne Torre, chef de mission France pour MSF.

A Paris, où convergent les exilés, le nombre de migrants se présentant comme mineurs pourrait atteindre 4 500 cette année si les arrivées se poursuivent au rythme actuel, contre 1 200 en 2015. Beaucoup viennent de la Corne de l’Afrique.

Le centre de MSF s’articulera autour de plusieurs « pôles » : une permanence juridique sera assurée par le Groupe d’information et de soutien des immigrés (Gisti) et les avocats du barreau de Paris, un « pôle social » avec sorties et cours de français… Côté médical, des pré-consultations sont prévues ainsi qu’un pôle « santé mentale », car « 25 % auront sans doute besoin d’une attention particulière » et « 5 à 6 % d’une aide psychiatrique ».

Pour MSF, l’aspect le plus ambitieux du projet concerne l’hébergement, puisque l’ONG compte aussi mobiliser des hôtels «d’ici la fin de l’année», avec l’objectif « d’héberger entre 32 et 50 personnes» – justement ces jeunes ayant saisi la justice pour être reconnus mineurs. Le séjour à l’hôtel durera «trois semaines» environ, avant relogement chez des particuliers. «Nous recherchons 3 000 places en hébergement citoyen», explique Corine Torre.

Article complet ici: lemonde.fr

Commenter cet article