Mensonge et désinformation en tout genre

Publié le par LA REDACTION

Mensonge et désinformation en tout genre

Mensonge, mensonge, mensonge. Sur un air de Dalida… nous sommes entrés dans cette ère nouvelle du mensonge, où tout est parole d’évangile à condition que, justement, cela n’ait rien à voir avec les saintes Écritures !

Et des mensonges, quotidiennement on les reçoit en pleine figure. Ils envahissent notre cerveau à tel point qu’ils nous formatent et nous interdisent de penser autrement. Et, en même temps, comme le dirait notre nouveau Président, ils nous imposent des contre-vérités qu’un peu de jugeote nous permettrait de contredire.

Par exemple, nous sommes appelés à rejeter la politique de Trump et celle de Poutine. Par la même occasion, et pour le même prix, nous devons croire que notre bien trop aimé Président a su leur tenir tête.

Les médias sont devenus tellement hagiographiques qu’ils nous ont mis dans le crâne que la poignée de main avec Donald Trump l’avait à ce point bouleversé qu’il s’est vengé en claquant la porte à l’Accord de Paris. Quant à Poutine, ces mêmes médias nous ont fait croire que Macron l’avait mis en difficulté en mentionnant l’homophobie des Tchétchènes et la propagande des médias financés par l’État russe.

 

Quant à la COP21, dont le Président a dit qu’elle allait sauver la planète Terre, nous voilà face à une gigantesque manipulation, effectivement, planétaire à laquelle seul Donald Trump a su répondre par des arguments « pragmatiques », pour employer un adjectif cher à notre nouvel élu.

 

Un site de réinformation américain n’hésite pas à titrer : « Non, le pôle Nord n’est pas “en train de fondre”. » Et de retrouver un article du New York Times du 18 mai 1926 annonçant que le pôle Nord avait été inondé pour, ensuite, déclarer en 2000 que jamais, de mémoire d’homme, on l’avait vu inondé ! Qui croire, demande Patrick Grumberg, qui a retrouvé un autre article daté du 4 mai dans lequel il est mentionné que « la fonte du pôle Nord atteste d’un changement climatique radical » alors qu’il y a 70 ans, les dégâts causés par le gaz carbonique, l’automobile, les usines, le carbone, les avions n’existaient pratiquement pas ? A-t-on oublié que le météorologiste allemand Klaus Hager avait découvert, en 1985 que l’écart entre les thermomètres au mercure jusqu’alors utilisés et les thermomètres électroniques était de 0,93 °C, écart qui correspond à la hausse de température constatée par les scientifiques et qui a conduit la COP21 à demander des centaines de milliards aux 197 signataires afin de lutter contre un réchauffement climatique qui n’existe que chez les hommes politiques avides d’émouvoir leurs électeurs. Ce qui a fait dire à Trump que les « Accords de Paris » ne protégeaient pas le climat mais distribuaient notre richesse à d’autres pays ».

Et que dire de cette désinformation criminelle qui confine, à ce stade-là, au mensonge, pratiquée par ceux censés nous protéger, nous défendre ? Désinformation qui touche non seulement à l’islamisation de nos pays occidentaux, sorte de croisade inversée et perverse, mais à son pendant terroriste contre lequel aucun pouvoir n’ose prendre la vraie solution : celle que les Américains ont prise contre les Japonais vivant aux États-Unis, lors de la Seconde Guerre mondiale. Ne sommes-nous pas en guerre contre cet ennemi invisible, spirituel et démoniaque ?

Alors, on combat ces terroristes à coups de gerbes de fleurs, de discours fleuves, d’odes au « vivre ensemble », sans jamais rappeler contre qui nous sommes en guerre et que, dans les populations musulmanes, plus de 20 % approuvent la guerre que les terroristes islamistes nous mènent. Et 20 %, cela fait beaucoup, beaucoup de monde. Un dernier mensonge par omission : la semaine dernière, l’État islamique a diffusé un appel, détaillant sur huit pages comment tuer du Français, et que nulle part nous ne serons désormais à l’abri. Avant ces futures attaques, nos médias ont appris à tuer l’information.

Floris de Bonneville pour bvoltaire.fr​​​​​​​

 

Publié dans medias

Commenter cet article