Ouverture sauvage de bouches à incendie: Une facture de plusieurs millions d’euros

Publié le par LA REDACTION

Ouverture sauvage de bouches à incendie: Une facture de plusieurs millions d’euros

Si le "street pooling", littéralement "la piscine de rue", donne à nos villes de faux airs de New York et amuse ceux qui s'y adonnent, 600.000 mètres cubes d'eau ont été ainsi gaspillés en moins d'un mois. Devant la multiplication de ces actes de vandalisme censés adoucir les périodes de fortes chaleurs, collectivités locales et forces de l'ordre sont dépassées.

Regardé au départ avec une relative bienveillance par le public, le phénomène de "street pooling", l'ouverture sauvage de bouches à incendie, préoccupe désormais les pouvoirs publics. Depuis dimanche, à Paris et dans les trois départements de Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine et Val-de-Marne, un millier de cas ont été recensés. Selon le distributeur Veolia, 600.000 mètres cubes d'eau ont été ainsi gaspillés depuis le 26 mai dernier. Soit l'équivalent de la contenance de 240 piscines olympiques. 

L'ampleur du phénomène "devient critique" en Ile-de-France, a également déploré jeudi le groupe Veolia, qui distribue l'eau de 150 communes autour de Paris.

"La journée du mercredi 21 juin a vu le phénomène des ouvertures intempestives de bouches et poteaux incendie prendre une ampleur non connue à ce jour, qui devient critique", a affirmé Veolia dans un communiqué.

Un phénomène d'ampleur nationale

Sur le territoire du Syndicat des eaux d'Ile-de-France, qui regroupe 150 communes dans sept des huit départements de la région, "le volume d'eau distribué a augmenté de près de 50%", entraînant la perte de 150.000 m3, "soit l'équivalent de 60 piscines olympiques".

 

Pour la seule journée de mercredi, notent Les Echos, l'ouverture illégale de 500 bouches et poteaux à incendie aura coûté entre 600.000 et 800.000 euros. Une somme acquittée au final par les communes et leurs habitants. Et parfois par les contrevenants qui s'exposent à une amende de 500 euros.

Article complet ici: bfmtv.com

 

 

Vous n'avez pas encore notre application ? Téléchargez gratuitement l'application mobile "Peuple de France" dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Publié dans France

Commenter cet article

Vent d'Est, Vent d'Ouest 23/06/2017 20:14

Une idée, comme ça : Qu'un collectif d'usagers, de maires des communes et départements concernés, Veolia et le Syndicat des Eaux d'Ile-de-France portent plainte et demandent que l'on recherche les fauteurs de trouble et que ceux-ci paient la note ou, à défaut, leurs parents. Ils paieraient le cas échéant pour ceux qui n'auraient pas été identifiés. Les usagers n'ont pas à régler les jeux aquatiques de cette racaille qui, par définition, ne respecte rien ni personne. Assez !