Pesticides: Le premier couac gouvernemental

Publié le par LA REDACTION

Pesticides: Le premier couac gouvernemental

Le nouveau ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a annoncé lundi son intention de revenir sur la législation interdisant, sauf dérogation, les insecticides de la famille des néonicotinoïdes. Avant d'être démenti dans la foulée par Nicolas Hulot et Matignon.

À peine arrivé au gouvernement, le nouveau ministre de l'Agriculture Stéphane Travert est à l'origine d'un couac gouvernemental. En cause: la législation autour des néonicotinoïdes, ces pesticides mis en cause par les défenseurs de l'environnement, responsables de la mort massive des abeilles. RMC s'est procuré lundi un document de travail interministériel qui évoque un assouplissement de la législation autour de l'utilisation des pesticides. L'épandage aérien serait de nouveau autorisé. Quant aux néonicotinoïdes, ils pourraient refaire leur réapparition alors que les députés ont voté l'été dernier leur interdiction.

La législation française, l'une des plus restrictives du continent, «n'est pas conforme avec le droit européen», s'est justifié lundi Stéphane Travert sur RMC/BFM TV. Le ministre a aussi relevé que certains pesticides «n'ont pas de produit de substitution», parlant «d'impasses techniques». «Nous devons pouvoir autoriser des dérogations (...) afin que nos producteurs puissent travailler dans de bonnes conditions», a-t-il dit. «Je suis un homme de compromis. Je veux travailler sur ce projet avec Nicolas Hulot, pour que nous soyons en phase», s'est-il prudemment avancé, affirmant par exemple que l'épandage aérien ne serait autorisé qu'en cas de «crise sanitaire grave».

La réponse de Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, a été beaucoup plus sèche. «Les interdictions de néonicotinoïdes et l'épandage aérien ne seront pas levées. Les arbitrages ont été rendus en ce sens», a-t-il catégoriquement annoncé sur Twitter. «Dès lors que la santé est mise en cause, je ne veux faire aucune concession», a-t-il ensuite déclaré à la presse en marge d'un déplacement à Lyon. Ajoutant: «Il en est de ma responsabilité personnelle car un jour ou l'autre, des responsabilités seront établies».

Dans un communiqué publié à la mi-journée, Matignon a donné raison à Nicolas Hulot. Le gouvernement ne reviendra pas sur l'interdiction des néonicotinoïdes, est-il annoncé. 

(...)

lefigaro.fr

 

 

 

Vous n'avez pas encore notre application ? Téléchargez gratuitement l'application mobile "Peuple de France" dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

 

Publié dans Gouvernement

Commenter cet article

delphine 27/06/2017 12:44

à noter de plus que certains insecticides néonicotinoïdes, l'acétamipride et l'imidaclopride, peuvent être aussi neurotoxiques pour l'humain par ingestion ou inhalation : source : La prévention des risques professionnels des insecticides : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=517