Saint-Denis: Frappée à la terrasse d’un restaurant parce qu’elle fumait

Publié le par LA REDACTION

Saint-Denis: Frappée à la terrasse d’un restaurant parce qu’elle fumait

Fatima dînait à la terrasse extérieure d’un restaurant du centre-ville. Elle allume une cigarette. Un geste qui lui a valu deux coups de poing directs au visage par un homme…

Terrasse extérieure du bar-restaurant Les Arts. Vue sur basilique. Il fait beau ce mardi soir. Farida fête son anniversaire avec ses amies Fatna, Nora et Fatima. Dîner entre copines. Elles plaisantent, profitent du moment, rient. Un homme, à quelques pas, boit un verre avec une femme. Le couple s’amuse de l’humeur joyeuse des filles. Veut partager l’ambiance. S’invite à leur table. Fatna et Farida ont déjà croisé la femme au bar. Elles ont peut-être échangé quelques mots avec elle. Trinqué, sans doute. Les copines accueillent volontiers les nouveaux convives.

Les quatre amies terminent leur repas. Elles allument une cigarette. « Woh, woh, woh, vous faites quoi, là ?, dit l’homme. Quand je suis à table, personne ne fume ! » Fatna et Farida réagissent. On est en extérieur, personne ne lui a demandé de venir, il casse l’ambiance… Les esprits s’échauffent. L’homme dit qu’il ne supporte pas les femmes qui fument. Qu’il a divorcé de la sienne pour cette raison. Nora et Farida lui tiennent tête, argumentent. L’homme est énervé. Il change de place. S’assoie à côté de Fatima. Elle ne participe pas à la discorde. Préfère ignorer ce rabat-joie. Profiter de sa soirée. Rigoler avec son amie Fatna. Elle fume sa cigarette…

« TOI, TOI, LA SALOPE, LA PUTE, LA CONNASSE ! »

C’est arrivé sans prévenir. L’homme se lève. Hurle sur Fatima. « Toi, toi, la salope, la pute, la connasse ! » Fatima n’a pas le temps de réagir. L’homme lui décoche une droite. De toute sa hauteur, de tout son poids. Un coup de poing au visage, en pleine mâchoire. Puis un deuxième, aussi violent, près de la tempe. Il l'agrippe, s'acharne. Des hommes interviennent, disent qu'on ne frappe pas une femme… Il lâche prise.

Deux jours après, Fatima est toujours choquée. Elle porte des griffures sur le décolleté, a du mal à bouger la tête, la bouche douloureuse. Stigmates légers en comparaison du traumatisme psychologique.

(...)

Article complet ici: lejsd.com

 

 

Vous n'avez pas encore notre application ? Téléchargez gratuitement l'application mobile "Peuple de France" dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Publié dans Faits-divers

Commenter cet article