Un élu LR accuse les Roms de «dépouiller franciliens ou étrangers qui se trouvent à leur portée»

Publié le par LA REDACTION

Les propos de Jacques Nio sont simplement «racistes», selon la LDH qui envisage de porter plainte.LP/S.T.

Les propos de Jacques Nio sont simplement «racistes», selon la LDH qui envisage de porter plainte.LP/S.T.

«À Gallieni et ailleurs dans la ville, les Roms, bulgares ou autres occupent les trottoirs et armés de leurs fausses cannes partent sans payer leur ticket mendier dans Paris et dépouiller franciliens ou étrangers qui se trouvent à leur portée.» Les propos d'un élu LR de Seine-Saint-Denis font un tollé. 

 

Ce ne sont que quelques lignes au milieu d’une longue tribune, mais elles n’ont pas échappé à la Ligue des droits de l’homme (LDH). L’antenne des Lilas-Bagnolet (Seine-Saint-Denis) vient de réagir aux propos tenus par les élus Les Républicains/UDI dans le dernier numéro du magazine municipal Bajomag. 

 

En l’occurrence, le conseiller municipal d’opposition LR, Jacques Nio, y écrit : «À Gallieni et ailleurs dans la ville, les Roms, bulgares ou autres occupent les trottoirs et armés de leurs fausses cannes partent sans payer leur ticket mendier dans Paris et dépouiller franciliens ou étrangers qui se trouvent à leur portée.»

 

Des «propos racistes», selon la LDH qui envisage de porter plainte : «Ils traitent les Roms comme un groupe homogène de personnes, uniformément délinquantes. Pour ces élus, qu’importe ce que chaque Rom peut réellement entreprendre ou vivre sur notre territoire : en tant que Rom, il est catalogué comme un détrousseur de Franciliens et d’étrangers.»

 

«Je n’ai fait qu’écrire ce que je vois tous les matins en allant au travail»

 

L’autre élue du groupe LR/UDI s’est rapidement fendue d’un courrier pour «récuser ces écrits» et pour «s’associer à la colère de la LDH». «Je vous réaffirme mon sentiment profond qu’aucun problème relatif à Bagnolet ne peut justifier la stigmatisation d’une population, quelle qu’elle soit», écrit Françoise Vavoulis à ses collègues élus.

(...)

leparisien.fr

 

 

Vous n'avez pas encore notre application ? Téléchargez gratuitement l'application mobile "Peuple de France" dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

 

 

Publié dans France

Commenter cet article

kanopus 28/06/2017 19:52

La vérité n'est plus bonne à dire ? Et pourtant, il faut dénoncer ces faits et les punir !
Pourtant ni la justice ni les politiques ne bougent et la police, aux ordres, est entre
les deux, donc impuissante. Quant aux victimes, n'en parlons même pas, que ce
soient des blessures physiques, psychologiques ou bien matérielles, il n'y a plus
rien à "voir" depuis trop longtemps ! Et pourtant, ils ont été élus..., fort mal c'est
vrai 43/19, mais pour cinq ans et avec des apprentis à l'Assemblée nationale...