Baisses d'impôts : ce sera pour plus tard, c'est-à-dire jamais

Publié le par LA REDACTION

Baisses d'impôts : ce sera pour plus tard, c'est-à-dire jamais

Malgré les promesses de la campagne présidentielle, le gouvernement d'Emmanuel Macron a déjà revu ses ambitions économiques à la baisse : l'allégement fiscal n'est plus d'actualité.

 

En portant triomphalement Emmanuel Macron au pouvoir, les Français ont eu le sentiment d'avoir mis un tigre dans leur moteur et se demandent si ce coup d'audace dont ils ne se croyaient pas capables ne va pas provoquer d'incontrôlables explosions sociales. Ce ne sont que fausses frayeurs, mais déjà l'occasion de vraies déceptions.

 

Le candidat Macron avait promis de baisser les impôts, non pour faire une promesse électorale mais parce que cette mesure allait concourir au réveil de l'économie française. Le baiser donné en quelque sorte à la Belle au Bois dormant. Ce sera pour plus tard, entendons jamais. Mais il y a pis. Dénoncer l'addiction à la dépense publique relève de l'incantation quand le premier geste du gouvernement consiste à augmenter les impôts. En effet, au-delà d'un seuil depuis longtemps dépassé, le prélèvement fiscal est un frein à l'activité économique dont tout ralentissement induit un besoin croissant de redistribution.

Certes, les intendants gardiens de l'orthodoxie financière multiplient les avertissements. La Cour des Comptes dénonce «l'insincérité» du dernier Budget légué par François Hollande, et le Gouverneur de la Banque de France met en garde contre les «baisses d'impôts qui ne seraient pas financées».

Mais en jetant aux oubliettes la stratégie dynamique développée devant les électeurs, le Gouvernement commet une grave faute de conduite.

Il y a urgence à juguler le déficit, cependant le matraquage fiscal ne fait que l'accroître. Au lieu de relancer comme promis la machine par un grand coup d'accélérateur fiscal, ces conducteurs timorés écrasent derechef le frein. Or l'économie fonctionne comme un moteur à explosion. L'accélérateur augmente la quantité de carburant, et si cela ne suffit pas on doit user du starter qui permet de l'enrichir. Mais l'idée même de se voir reprocher d'accroître les inégalités paralyse nos piètres pilotes.

En savoir plus sur lefigaro.fr

 

 

Vous n'avez pas encore notre application ? Téléchargez gratuitement l'application mobile "Peuple de France" dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Publié dans économie, Macron

Commenter cet article