Démission de Villiers : Emmanuel Macron a fait «acte d'autorité gratuite, voire d'autoritarisme»

Publié le par LA REDACTION

Pour le contre-amiral (2s) Claude Gaucherand, Emmanuel Macron a fait «acte d'autoritarisme»

Pour le contre-amiral (2s) Claude Gaucherand, Emmanuel Macron a fait «acte d'autoritarisme»

En démissionnant, le chef d'état-major des Armées, Pierre de Villiers a fait «le choix de la dignité», estime le contre-amiral (2s) Claude Gaucherand. Si l'image du général est, pour lui, «préservée», le président pourrait y perdre en crédibilité.

 

RT France : En présentant sa démission, le chef d'état-major des armées Pierre de Villiers, a-t-il, selon vous, pris la bonne décision ?


Claude Gaucherand (C. G.) : Sa décision était attendue et, comme sans doute bien d'autres personnes, je l'espérais. Il n'avait le choix qu'entre avaler des couleuvres et se soumettre – il aurait alors perdu toute crédibilité auprès des militaires – ou attendre son rendez-vous le 21 juillet avec le président et être limogé. La seule position convenable, à mon sens, était celle de la dignité : laisser passer le 14 Juillet, avaler une couleuvre en descendant les Champs-Elysées après avoir été tancé publiquement par le président la veille, puis démissionner. Aujourd'hui sa dignité est parfaitement préservée. Le coup est très fort. Dans l'opinion publique – même si en France il y a toujours des relents d'antimilitarisme – et face à un pouvoir qui s'affirme comme très ferme, je pense que les Français et les militaires vont apprécier le geste du général de Villiers.

RT France : La réaction du président de la République dans cette affaire a été beaucoup critiquée notamment par ses opposants politiques, qui ont estimé qu'elle n'était pas celle d'un chef des armées. Partagez-vous cette position ?

C. G. : Ce que je trouve anormal est que les propos tenus devant la commission de la Défense à l'Assemblée nationale à huis-clos et de manière confidentielle aient été sortis de cet espace. Ce qui me paraît également anormal est que le président de la République, chef des armées, accuse par la suite son chef d'état-major d'avoir tenus de tels propos publiquement, ce que le général de Villiers n'a jamais fait. Il est au contraire tout à fait normal que le chef d'état-major des armées dise sa vérité, son analyse de la situation devant les députés.

Entretien complet sur francais.rt.com

 

 

Vous n'avez pas encore l'application Peuple de France ? Téléchargez-la gratuitement dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Publié dans France, Macron

Commenter cet article