Démission du Général de Villiers: les réactions consternées du monde militaire

Publié le par LA REDACTION

Des officiers à la tribune du défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées

Des officiers à la tribune du défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées

À l'unisson, le monde militaire exprime sa consternation après le clash entre le président et l'ex-chef d'état-major des armées.

 

"Un autoritarisme juvénile a fait exploser une crise latente". Dans une tribune publiée ce mercredi 19 juillet dans Le Monde, le général Vincent Desportes ne mâche pas ses mots pour déplorer la démission du chef d'état-major Pierre de Villiers, "brutalement poussé à la démission" par Emmanuel Macron. Et ce n'est pas le seul haut-gradé, délivré du devoir réserve pour cause de retraite, à voler au secours du général démissionnaire.

"Sachez, mon général, que vous avez toute l'estime et la confiance des vôtres, ainsi que celle de ceux qui, comme moi, ont été amenés aussi à dire la vérité quand il le fallait. Peut-être avions nous affaire à un pouvoir politique moins rongé par l'ambition et la volonté de capter tous les pouvoirs...", écrit dans L'Express, le général Vincent Lanata, ancien chef d'état-major de l'armée de l'Air, qui s'est dit "très choqué" par "la diatribe virulente" et le "discours inutile et vexant" d'Emmanuel Macron.
 

"Aujourd'hui, on voit bien que ce qui peut contredire la politique de la présidence n'est pas apprécié et que si un chef d'état-major des armées dit qu'il n'a pas les moyens de faire quelque chose, ce n'est pas acceptable pour le président de la République", a expliqué sur France info le général François Chauvancy, indiquant que cet événement "est un mauvais signal donné à la communauté militaire". Au delà de ces expressions solidaires, cette crise s'inscrit dans un climat de défiance qui s'est progressivement installé entre la "Grande Muette" et l'exécutif.

 

"Le feu couvait depuis longtemps", écrit le général Vincent Desportes, considérant que "cet acmé cristallise un malaise grandissant au sein de l'institution militaire, né certes de l'écart croissant entre les missions et les moyens – avec une nette aggravation depuis 2013 –, mais surtout de l'incompréhension toujours accrue des responsables politiques de ce que sont l'armée, les militaires, leur psychologie, leur métier si spécifique", détaille-t-il.

 

La cause de ce recadrage est jugée profondément injuste, le général de Villiers n'ayant fait que son devoir, à savoir, exprimer son point de vue dans le secret de la Commission Défense de l'Assemblée nationale. "Le plus grave est encore le reproche fait à un fonctionnaire de très haut rang d'avoir donné – à huis clos – son avis technique aux élus de la nation!", déplore le général Vincent Desportes.

En savoir plus sur huffingtonpost.fr

 

Vous n'avez pas encore l'application Peuple de France ? Téléchargez-la gratuitement dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Publié dans France

Commenter cet article

Vietnam Dragon Travel 20/07/2017 10:39

Merci pour cet article! Bonne chance et bonne continuation!