Éric Zemmour: «Ce couple franco-allemand qui fait rire toute l'Europe, et ailleurs…»

Publié le par LA REDACTION

Le "couple" franco-allemand Macron et Merkel.

Le "couple" franco-allemand Macron et Merkel.

Bien qu’auréolé de son élection et de ses premiers pas diplomatiques réussis, Emmanuel Macron n’a rien obtenu de ce qu’il escomptait lors du Conseil européen des 22 et 23 juin.

C’est la nouvelle blague qui fait florès: surnommer «Napoléon Macron» le nouveau président de la République. Ce sarcasme du chanteur Jacques Dutronc, un soir de spectacle, a aussitôt été repris par les médias pour le colporter en guise d’éloge à peine déguisé. Il flotte un air de courtisanerie autour du nouvel hôte de l’Elysée. C’est l’esprit de la Ve République. De l’élection au suffrage universel en substitut de l’ancien sacre royal. On se souvient que Le Canard Enchaîné croquait chaque semaine de Gaulle grimé en Louis XIV, entouré de sa cour, dans un pastiche savoureux des Mémoires du duc de Saint-Simon.

Mais, depuis lors, la monarchie gaullienne s’est américanisée. Emmanuel Macron met la main sur le cœur en écoutant La Marseillaise le soir de son élection. Il s’apprête à se rendre devant le Congrès pour une intervention qui aura des airs de discours sur l’état de l’Union, prononcé annuellement par le président des Etats-Unis.

Napoléon ne s’est jamais pris pour Washington mais nos présidents, depuis Giscard, se prennent tous pour Kennedy. Entre-temps, la puissance a franchi l’Atlantique.

Sarkozy fut lui aussi, en début de mandat, comparé à Bonaparte Premier consul. Lui aussi se prenait pour Kennedy, posant avec son fils sous son bureau ou mettant – déjà – la main sur le cœur en écoutant l’hymne national. C’était l’époque où les médias exaltaient «l’hyperprésident». Avant de le lui reprocher tandis que ses électeurs lui reprochaient, à l’inverse, de ne pas en faire assez, d’être un «hypoprésident»…

C’est toute la contradiction entre nos institutions et la construction européenne. La Ve République sacre un souverain absolu ; l’Europe le dépouille de l’essentiel de ses pouvoirs. L’oligarchie financière, juridique, technocratique de l’Union européenne corsète notre souverain qui ne peut protester puisqu’il est idéologiquement un fédéraliste européen. Comme tous ses prédécesseurs depuis Giscard.

L’hégémonie économique de l’Allemagne fait le reste et transforme la France en «junior partner», selon une de ces expressions américaines que les «helpers» d’En marche! affectionnent.

On a encore pu s’en apercevoir lors du premier Conseil européen des 22 et 23 juin, auquel Macron président assistait. Bien qu’auréolé de son élection et de ses premiers pas diplomatiques réussis, Macron n’a rien obtenu de ce qu’il escomptait: l’Europe n’a pas tenu compte de ses exigences sur les emplois détachés ; a noyé ses critiques contre les investissements chinois en Europe sous un jargon technocratique et la référence aux lois suprêmes de l’OMC. Il a dû faire ostensiblement allégeance à Merkel en avouant que la France ne prendrait aucune position sans obtenir l’accord préalable de l’Allemagne et a affirmé qu’il accueillerait à bras ouverts les migrants alors même que, sur le terrain, son ministre de l’Intérieur tente de les chasser.

Le couple franco-allemand, invention française qui fait rire toute l’Europe, est devenu l’arme de la soumission de la France à l’Allemagne.

Article complet ici: lefigaro.fr (Réservé aux abonnés)

 

 

 

Vous n'avez pas encore notre application ? Téléchargez gratuitement l'application mobile "Peuple de France" dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

 

Publié dans France, Zemmour

Commenter cet article

Vent d'Est, Vent d'Ouest 02/07/2017 18:46

On a compris que Merkel n'est pas une groupie de Macron, et qu'elle gouvernera à sa place la France, ainsi que l'a prédit Marine Le Pen il n'y a guère.