Expulsée et jetée sur le trottoir...à 85 ans !

Publié le par LA REDACTION

Expulsée et jetée sur le trottoir...à 85 ans !

L’association Droit au Logement s’inquiète: elle constate de plus en plus d’expulsions de personnes âgées. 

 

Avec le “Papyboom”, l’association craint des dizaines de milliers de procédures d’expulsions supplémentaires dans les prochaines années. Combien de retraités ont peur de se retrouver sur le trottoir ? Une dame de 85 ans n’arrivant plus a payer son loyer, a été jeté à la rue avec comme seul avenir proche, une location d’hôtel pour 15 jours…Comment peut-on faire preuve de tant d’inhumanité vis à vis d’une personne de cet âge avec comme seul lendemain l’horreur d’une chambre d’hôtel sordide?

Les retraités, les seniors, les personnes âgées ont construit notre société et voilà comment on les remercie ! Pourquoi ne pas aider, trouver une solution pour ces personnes qui, à 80 ans, ne peuvent payer leur loyer. Ne peut-on pas interdire les expulsions des personnes âgées? Ne peut-on pas enfin prendre en compte les spécificités liées à l’âge?

Nous l’écrivons souvent: oui, à 30 ans on peut se sortir des mauvais moments de la vie mais à 90 ans, sans l’aide de l’Etat comment voulez vous faire? 

La rue ne peut être le seul avenir de certains retraités !

seniorenforme.com

 

Peuple de France a besoin de votre soutien. Faire un don sur paypal.com

                                                ___________________________

Vous n'avez pas encore l'application Peuple de France ? Téléchargez-la gratuitement dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Publié dans France

Commenter cet article

kanopus 26/07/2017 18:07

Un cas - 85000 vivent en habitation de fortune selon la Fondation Abbé Pierre -
dont nous occupons comme nous le pouvons, un couple vivant dans une cabane
faite de planches depuis quatre ans, quasiment sans ressources et en très
mauvaise santé, à eu la visite d'un huissier - plainte d'un responsable d'un secteur
d'activités dans la région parisienne qui demande l'expulsion du périmètre, par
ailleurs occupé par quelques familles roms, parties depuis - venu constater et
leur remettre une convocation au tribunal. Lorsqu'ils se présentent, et sans
chercher à comprendre quoi que ce soit, ni les interroger, la décision d'expulsion
leur est signifiée par courrier à venir. Ils ont quinze jours pour partir et aucune
proposition de relogement ou d'accueil, bien entendu !
Si le cas est différent, leur maltraitance et leur reconnaissance par la société
ou l'État sont communes. On peut parler d'un scandale et le dénoncer. Merci de
l'avoir fait.