L'Etat français fait appel de l'obligation qui lui est faite d'aider les migrants à Calais

Publié le par LA REDACTION

© Pascal Rossignol Source: Reuters

© Pascal Rossignol Source: Reuters

Le préfet du Pas-de-Calais a annoncé le 6 juillet que l'Etat avait fait appel contre la décision du tribunal administratif de Lille qui l'a obligé, fin juin, à déployer des mesures pour venir en aide aux migrants à Calais.

«L'Etat vient de faire appel de la décision du tribunal administratif prise en référé», a déclaré Fabien Sudry, préfet du Pas-de-Calais, en marge d'un déplacement consacré à la «renaturation» de l'ex-Jungle de Calais, le 6 juillet. «C'est une décision du ministère de l'Intérieur avec un appel devant le Conseil d'Etat», a-t-il précisé.

Le 26 juin, le tribunal administratif de Lille avait refusé la création à Calais d'un centre d'accueil d'urgence pour les migrants, mais avait ordonné la mise en place de mesures pour leur venir en aide.

La justice administrative avait ainsi donné partiellement raison aux onze associations qui l'avaient saisi en référé pour réclamer l'arrêt des «entraves» à la distribution de nourriture aux 400 à 600 réfugiés présents dans le Calaisis.

«L'Etat a considéré, après la ville de Calais, qu'il y avait dans cette décision des considérations qui pouvaient être discutables sur le plan de l'intérêt général», a relevé Fabien Sudry. «L'Etat a ainsi souhaité que la juridiction suprême puisse se prononcer de manière définitive sur des sujets complexes qui ont été examinés par le tribunal administratif de Lille», a-t-il ajouté.

 

En savoir plus sur francais.rt.com

 

Vous n'avez pas encore notre application ? Téléchargez gratuitement l'application mobile "Peuple de France" dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Publié dans Immigration

Commenter cet article

Vent d'Est, Vent d'Ouest 06/07/2017 20:21

D'après la Constitution française, l'État français a l'obligation de garantir la sécurité absolue de son peuple en priorité. Or, ce qui passe actuellement, à Calais et ailleurs sur le sol français, est tout simplement inacceptable. Qu'il commence donc par respecter sa propre constitution et les accords de l'UE qui prévoient la libre circulation des populations des états membres en TOUTE SECURITE, ce qui est loin d'être le cas, avant de subvenir aux besoins de clandestins qui ne rêvent que d'aller outre-manche ou de vivre aux crochets de l'Europe, dont la France présentement. La manœuvre pour imposer des clandestins à Calais est grossière et ne devrait tromper personne : l'État généralise pour contester la décision du Tribunal Administratif, alors que la décision ne concerne que la situation de Calais.