L'instit qui voulait étudier la Bible en classe a été muté d’office

Publié le par LA REDACTION

L'instit qui voulait étudier la Bible en classe a été muté d’office

L'affaire a fait grand bruit et ne s'est pas éteinte avec la fin de l'année scolaire : à Malicornay (Indre), un instituteur d’école publique a été suspendu puis sanctionné par l’Éducation nationale parce qu'il avait fait étudier des extraits de la Bible dans le cadre de ses cours de CM1-CM2. Le départ du maître suscite l’incompréhension et le désarroi des parents, qui se battent pour le faire revenir. Retour sur un emballement « laïque ».

Début février, le maître d’école, très apprécié des parents et des élèves, a dû quitter sa classe brutalement en raison d’un manquement à la laïcité, dénoncé par une lettre anonyme adressée à l’inspecteur de l’Éducation nationale (IEN) de La Châtre, la sous-préfecture dont dépend Malicornay. Après quatre mois de suspension, l’enseignant (qui souhaite garder l’anonymat) a été muté d’office dans une école à l’autre bout du département par les instances locales de l’Éducation nationale pour « faute professionnelle ». En cause ? Son « étude du christianisme par les textes » prévue sur 10 séances et qui présentait une partie du livre de l’Exode et des Évangiles. Impuissance, injustice, sidération… La mobilisation d’une bonne vingtaine de familles (sur 27 élèves) – sans compter les parents des anciens élèves et plusieurs élus locaux – a pris les couleurs d’un véritable combat contre les abus d’une administration opaque et néanmoins puissante.

Lire l'article:  Malicornay: Un instituteur sanctionné pour avoir enseigné la Bible

Reprenons les faits. Le 30 janvier 2017, l’IEN de La Châtre, Jean-Éric Rouyer, reçoit une lettre anonyme venant de « parents et de grands-parents d’élèves d’enfants (sic) scolarisés à l’école de Malicornay ». Nous avons pu la consulter. La lettre dactylographiée, déposée directement dans la boîte aux lettres de l’Inspection, fait trois pages. Elle est titrée : « Cas de prosélithysme (sic) religieux (ces deux derniers mots sont écrits en gras) à l’école de Malicornay ». « Ne voulant pas mettre nos enfants dans une position très inconfortable en allant nous adresser à leur maître, nous préférons solliciter votre aide pour indiquer son grand égarement à ce professeur vis-à-vis des principes de l’école laïque et républicaine », explique-t-on. Le ou les auteurs détaillent ensuite précisément le contenu des cours menés par l’enseignant « entre le lundi 16 janvier et le vendredi 27 janvier » en dressant une liste des épisodes les plus connus de la vie de Jésus (une petite vingtaine), assortis ici ou là de commentaires outrés. Par exemple : « la lapidation de la femme adultère (avec explication de la lapidation comme mort très dure !!!) ». Ils relèvent aussi que l’enseignant a fait visiter l’église du village aux enfants et qu’il a – moins choquant pour les auteurs, semble-t-il – « l’habitude d’emmener les enfants faire chorale à l’église » en raison de l’acoustique du lieu.

Il y a toujours rapidité sur ce type de sujet : la laïcité, les valeurs de la République, ou encore, toute proportions gardées, la sécurité des enfants.
– Le directeur académique

Le directeur académique des services de l’Éducation nationale de l’Indre (plus connu sous l'acronyme « Dasen »), Pierre-François Gachet, est immédiatement alerté. Un inspecteur est dépêché par le directeur académique à Malicornay le lendemain même. Trois jours plus tard, l’enseignant est convoqué devant M. Gachet. « Après deux heures de remontrances musclées », selon le témoignage de l’enseignant, on lui signifie sa suspension « à titre conservatoire », le temps de l’enquête administrative. 

En savoir plus sur lavie.fr  (Article réservé aux abonnés) 

 

Vous n'avez pas encore notre application ? Téléchargez gratuitement l'application mobile "Peuple de France" dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Publié dans France

Commenter cet article

kanopus 10/07/2017 09:25

Pourquoi alors, en 2015, la ministre a-t-elle demandé au Conseil Supérieur des
Programmes de renforcer la place de l'enseignement du fait religieux dans les
programmes ??? Cela veut-il sous-entendre que personne n'était alors au courant ?
Ou bien assistons-nous, comme suggéré, à un véritable "lynchage" bien orchestré ?
En somme, il fallait une victime occasionnelle pour cette nouvelle laïcité intolérante
et bien loin de la réalité, et l'imposer à tout prix ! Dur d'être un bon enseignant !