La députée LREM, Claire O'Petit, en rajoute une couche sur la baisse des APL

Publié le par LA REDACTION

La députée LREM, Claire O'Petit

La députée LREM, Claire O'Petit

Au lendemain de ses propos polémiques, la députée Claire O'Petit s'est montrée outrée de l'émoi qu'ils ont suscité. Loin de se rétracter, l'élue s'est lancée dans une justification vigoureuse. Avec toujours autant d'empathie.

«Non mais attends c'est incroyable, vraiment incroyable.» Au micro des Grandes gueules de RMC le 25 juillet, la député LREM Claire O'Petit n'en revient pas. Elle ne parvient pas à comprendre pourquoi ses propos sur la baisse de 5 euros par mois des Aides personnalisées au logement (APL) ont suscité une si vive polémique, et se lance dans une périlleuse entreprise pour les justifier.

Martelant que les APL n'ont pas été provisionnées dans le budget – par le gouvernement précédent s'entend – et qu'il manque 150 millions d'euros pour les distribuer, la députée de l'Eure estime on ne plus logique qu'un effort «de 16 centimes d'euros par jour» soit demandé à tous les bénéficiaires de l'aide.

Claire O'Petit soutient également qu'«à cette époque-ci de l'année, les étudiants [dont un certain nombre ont exprimé leur colère face à la baisse des APL] sont chez papa-maman». Et de conclure pleine d'empathie : «Excusez-moi, je ne pleure pas !»

Peuple de France a besoin de votre soutien. Faire un don sur paypal.com

                                                ___________________________

Vous n'avez pas encore l'application Peuple de France ? Téléchargez-la gratuitement dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Claire O'Petit omet toutefois de préciser que les étudiants ne constituent qu'une minorité des bénéficiaires des APL, même si elle semble considérer ceux qui démarrent dans la vie active comme l'essentiel des allocataires. La veille, alors que la polémique avait déjà pris racine, la députée LREM s'en était prise au micro du Huffington Post à ceux qui «pleurent pour cinq euros» en leur demandant : «Qu'allez-vous faire de votre vie ?».

En outre, Claire O'Petit semble également ignorer que l’entrée en vigueur de la réforme de se fera pas avant le 1er octobre, date à laquelle, les étudiants concernés ne devraient plus être « chez papa maman ».

 

francais.rt.com

Publié dans France

Commenter cet article

Vent d'Est, Vent d'Ouest 25/07/2017 19:36

Madame, on attend de vous, et de vos semblables, un petit geste : voter dès demain matin ou dans la journée, une loi supprimant vos indemnités parlementaires et autres avantages y liés, ainsi que la retraite y afférent, ou, à défaut, qu'ils soient imposables à hauteur de leur juste montant, car, après tout, vous avez d'autres revenus, me semble-t-il ? Ce que vous énoncez pour les étudiants (y compris les ménages) est aussi valable pour vous autres parlementaires, députés et sénateurs. Donnez-vous donc en exemple et après vous pourrez l'ouvrir comme bon vous semble ! Voilà une proposition honnête que vous ne sauriez décliner sans risquer de perdre votre crédibilité face aux naïfs qui ont cru en vous en vous élisant à ce poste !