Dans le Loiret, l'Etat supprime un dispositif d'aide aux femmes battues

Publié le par LA REDACTION

Les 2 postes d'intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie ont été supprimés le 1er juillet dans le Loiret © Maxppp - Lionel Vadam

Les 2 postes d'intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie ont été supprimés le 1er juillet dans le Loiret © Maxppp - Lionel Vadam

La lutte contre les violences faites aux femmes est-elle encore une priorité dans le Loiret ?

 

La préfecture du Loiret ne finance plus les deux assistants sociaux de l'Aidaphi qui intervenaient dans les commissariats et gendarmeries auprès des femmes victimes de violences conjugales. Le dispositif s'est arrêté le 1er juillet. La CGT fait part de sa "stupéfaction".

La lutte contre les violences faites aux femmes est-elle encore une priorité dans le Loiret ? On peut se poser la question, alors que la préfecture vient de prendre une décision pour le moins étonnante : la suppression des postes d'assistants sociaux qui intervenaient dans les commissariats et gendarmeries. Dans le jargon administratif : les ISCG (intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie). Leur rôle était d'apporter un soutien social et psychologique aux femmes battues qui portent plainte.

Le syndicat de police SCSI (syndicat des cadres de la sécurité intérieure) se dit "abasourdi"et entend demander prochainement des explications à la préfecture su Loiret.

En savoir plus sur francebleu.fr

 

Vous n'avez pas encore notre application ? Téléchargez gratuitement l'application mobile "Peuple de France" dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Publié dans France

Commenter cet article