Macron: un réel problème de maturité

Publié le par LA REDACTION

Emmanuel Macron est un petit chef.

Emmanuel Macron est un petit chef.

Les raisons qui ont poussé le chef d'état-major des armées à la démission sont manifestement liées à des traits de caractère préoccupants de notre Président.
 

Rappelons que le chef d'état-major des armées, atteint par la limite d'âge, avait été prolongé dans ses fonctions par le Président, le 1er Juillet dernier, pour un an. Il est évident que les deux hommes étaient d'accord sur l'essentiel et en particulier sur le budget. Alors pourquoi ces dérapages successifs ?
 

Après le rapport de la cour des comptes mettant en exergue le dérapage budgétaire, suivi du discours de politique générale du premier ministre repris 48h après par Emmanuel Macron obligeant le gouvernement à faire 4,5 milliards d'€ d'économie sur 2017 et quelques jours avant le 14 Juillet, le ministre du budget, sans aucune concertation, annonce 850 millions d'euros de suppression de budget pour les armées. Le CEMA, dans la foulée, entendu à huis clos par la commission de la défense, s'indigne de ce manque de concertation contraire à toutes les procédures usuelles. Il est évidemment dans son rôle, même si il le dit en termes crus qui font l'objet de fuites vers la presse. 
 

48 h après, à l'occasion de la traditionnelle garden party donnée en l'honneur des armées à la veille de la fête nationale, le Président, publiquement "remonte les bretelles" du CEMA. Depuis, à trois reprises, le Président à réaffirmer sa préséance et son rôle de chef des armées. Ce matin, tirant les conséquences de cet enchaînement de prises de position, le CEMA démissionne. Que faut-il en penser?
 

Tout d'abord, si l'on reprend le programme d'Emmanuel Macron, on lit, page 15 que pendant le Quinquennat on atteindra un budget pour les armées de 2% du PIB....maintenant c'est pour 2025 et non 2022. Page 30, "cibler un certain nombre de dépenses prioritaires : Éducation, Défense, Sécurité et Justice" Que je sache, sur ces 4 domaines deux touchent directement l'armée. Donc des promesses non tenues !!!!
 

En second lieu, alors que l'économie globale demandée correspond à 1% du budget annuel 4,5md/420md, l'effort demandé à l'armée est de 2% soit du double 0,85md/40md. Donc le CEMA avait tout à fait raison de s'indigner devant cet oukaze de Bercy. Venons en à la réaction de Macron. 
 

Sa réaction devant l'aéropage des généraux et de toutes les huiles en liaison avec les armées est puérile et démontre une méconnaissance totale des militaires qui sont toujours solidaires de leur chef. Évidemment personne ne remet en cause le rôle de Président en tant que chef des armées et ne conteste sa légitimité. Faire acte d'autorité dans ses conditions démontre un réel problème de maturité et un processus de management qui refuse la concertation. On en a déjà vu poindre quelques prémices ces dernières semaines.  Or la communication bien huilée et formatée ne peut remplacer l'échange et le dialogue. 
 

Par ailleurs, on n'est pas chef parce-que on le proclame (syndrome de Joe Dalton), mais uniquement parce que ses subordonnés le reconnaissent. Et il le font si il ressentent la compétence, l'empathie et le charisme chez celui qui les dirige.
Finalement Macron semble avoir deux ennemis intérieurs, en l'occurrence deux figures mythologiques Jupiter et Narcisse. Il assume le premier sans les nuances nécessaires et est trop fortement influencé inconsciemment par le second qui lui donne ce sentiment de supériorité qui pourrait rapidement le desservir.
Attention à ne pas devenir un petit chef !!!!

Gaël DeLa Porte DuTheil

 

Vous n'avez pas encore l'application Peuple de France ? Téléchargez-la gratuitement dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Publié dans Macron

Commenter cet article