Censure de Facebook et complicité des médias : la dictature est « en marche » !

Publié le par LA REDACTION

France : championne du monde de la censure sur Facebook

France : championne du monde de la censure sur Facebook

Facebook, qui revendiquait un total de 33 millions d’utilisateurs actifs en France en janvier 2017, vient d’avouer à l’agence Reuters avoir fermé 70.000 comptes français durant la dernière campagne présidentielle. Déjà épinglé par une enquête publiée sur le journal du net en 2015, le cas de la censure sur le réseau social Facebook en France franchit donc un nouveau cap alarmant.

Dévoilant l’information sur son blog, exemples à l’appui, Boris Le Lay a souligné le profil des comptes concernés, qui ont pour point commun de critiquer Emmanuel Macron, et/ou d’être hostiles à l’islam.

Rappelons que Boris Le Lay est ce blogueur saoudien breton exilé au Japon et condamné à des peines cumulées de 6 ans de prison ferme pour ses seuls propos, sans que cela n’émeuve le moins du monde la presse traditionnelle, dont la liberté relative n’a d’égal que la propension à se soumettre au pouvoir oligarchique, en particulier lorsqu’il la détient.

Ainsi, le journal l’Express, qui pour mémoire appartient au très macroniste Patrick Drahi, a publié un article pour le moins incendiaire et caricatural relevant de la plus élémentaire propagande contre Boris Le Lay, présenté comme un « troll breton qui répand la haine » (sic). Staline et Goebbels réunis n’auraient pas fait mieux…

La liberté d’expression vue par l’Express

La liberté d’expression vue par l’Express

Rappelons au pseudo journaliste aux ordres de l’Express que l’anglicisme de « troll » est employé dans le jargon des internautes pour désigner une personne qui publie de manière intempestive des messages sans intérêts dans le seul but de perturber le déroulement d’un fil de discussion. Ce terme est donc parfaitement inapproprié s’agissant de désigner un blogueur, fusse-t-il dissident, identitaire, et donc politiquent « incorrect »…

Ensuite, il convient de ne pas confondre entre ceux qui relaient la colère légitime et grandissante des Français, que l’on soit d’accord ou non avec elle, avec le fait de « répandre la haine », ce que n’importe qui peut vérifier par lui-même en consultant le blog de Boris le Lay.

Cette presse servile, qui sert la soupe à l’oligarchie et trompe l’opinion, est parfaitement représentative et nécessairement complice de la dictature qui s’instaure progressivement dans notre pays, et dont l’un des symptômes les plus flagrants consiste à museler des courants d’opinion qui ne vont pas dans le sens de la doxa dominante.

Le fait est que notre liberté d’expression, valeur occidentale par excellence, et pilier de toute démocratie, est plus que jamais menacée. Au lieu de la défendre et de faire leur métier, les journalistes s’en accommodent, avec une lâcheté déconcertante. Ils feraient mieux de se demander à qui cela profite, et de se projeter dans l’avenir afin d’appréhender la gravité de ce qu’il se passe en France, à commencer par la censure des voix dissidentes sur les réseaux sociaux. Mais  après tout, être le premier pays au monde en terme de censure sur Facebook n’est peut-être pas une actualité…

N’allons pas jusqu’à espérer que ces mêmes journalistes couvrent le contentieux alarmant des procès à caractère politique, ni même de ces Français contraints à l’exil : on ne peut pas à la fois être soumis et résistant…

Sébastien Jallamion pour ripostelaique.com

 

 

Peuple de France a besoin de votre soutien. Faire un don sur paypal.com

                       ___________________________

Vous n'avez pas encore l'application Peuple de France ? Téléchargez-la gratuitement dans Google Play:

Publié dans France, medias

Commenter cet article