« JAMAIS LA PRISON NE CALMERA LES ARDEURS MEURTRIÈRES D’UN TERRORISTE »

Publié le par LA REDACTION

Salah Abdeslam

Salah Abdeslam

Salah Abdeslam écopera-t-il d’une peine incompressible de la prison à vie voire 30 ans ?

Le rêve pour lui c’est qu’un jour il pourrait retrouver le chemin de la liberté pour passer à nouveau à l’acte et se racheter aux yeux de ses comparses djihadistes d’avoir survécu à l’attentat du Bataclan du 13 novembre 2015.

Ce n’est rien 30 ans à l’échelle du terrorisme islamiste qui dure depuis plus de 14 siècles.

En le gardant en prison on laisse toute la liberté à ses avocats payés au frais des contribuables pour multiplier les procédures pour dénoncer l’injustice et l’arbitraire pour ne pas disposer par exemple d’un téléphone mobile à l’instar des autres détenus et  faire condamner l’Etat français auprès de la Cour Européenne des droits de l’homme.

Dans 30 ans, il sera de retour chez lui. Ses victimes ne sont pas lui pour lui rappeler qu’il a de la chance de vivre dans un État de droit et qu’il pourrait récidiver sans aucun scrupule.

La société qui lui aura offert un séjour décent à l’ombre va continuer à pourvoir à ses besoins jusqu’à sa mort. Il est en droit de percevoir le minimum vieillesse et l’Aide Médicale de l’Etat si jamais il ne fera pas parler la poudre terroriste à sa sortie de prison.

C’est beau les droits de l’homme tant honnis par les combattants de l’islam.

L’Occident, première cible de l’islamisme djihadiste qui est le vrai islam, plutôt que d’apporter une réponse graduée au terrorisme en traitant le terroriste comme un criminel contre l’humanité et qu’il devrait relever d’une cour spéciale qui devrait le condamner à mort, se fait l’avocat de la Confrérie nazislamiste et terroriste des frères musulmans.  Comme s’il était ignorant de l’idéologie nihiliste  de cette organisation.

Plutôt que de faire preuve d’une neutralité dans le cadre du procès des frères musulmans, il a pris faits et cause pour eux  en accusant le parquet égyptien de déni de justice pour avoir requis la peine capitale à l’encontre des prévenus.

L’Occident ne sait pas réellement qu’un terroriste mort est un ennemi en moins pour lui.

C’est si facile de faire le procès des pays qui ne font pas dans la dentelle pour éradiquer l’engeance islamiste, quand on est incapable de comprendre, et encore moins de résoudre l’équation islamisme=terrorisme.

L’Europe préfère les courtiser, les honorer, les gratifier de la légion d’honneur, leur accorder des facilités pour acheter la paix sociale dans les banlieues et s’attirer les bonnes grâces de leurs bailleurs de fonds saoudiens et qatariens, dont elle convoite la manne financière.

Elle fait des ennemis de la démocratie ses alliés pour se constituer un vivier électoral.

Elle se fait leurs défenseurs plutôt que leurs procureurs, comme s’ils étaient des victimes. Pourtant, un serpent venimeux doit être neutralisé avant qu’il ne morde sa proie.

L’Occident est aussi sourd et aveugle que les musulmans modérés. Il ne veut rien comprendre à leurs mécanismes psycho-idéologiques, pas savoir qu’ils sont des tueurs religieux, et non ces pauvres malheureux rejetés par le système. Ce sont des psychopathes qui se révèlent à eux-mêmes grâce à la lecture des versets désinhibiteurs de leurs pulsions mortifères, qui transforment un humain un monstre de cruauté.

 

Salah Abdeslam n’a pas dérivé. Il devait emprunter la voie du djihad, sans quoi il n’y a pas d’islam

Salah Abdeslam, élevé dans un milieu qui n’a faire des valeurs de la démocratie et du vivre ensemble, n’a pas dérivé. Il est devenu le bon musulman qu’il devait être. Il devait emprunter la voie du djihad, sans quoi il n’y a pas d’islam.

Plutôt que chercher les causes là où il n’y en a pas, pour occulter les vraies causes, faisons un parallèle entre les jeunes chinois et hindous ou bouddhistes avec ces jeunes issus de l’immigration musulmane, ou les jeunes français de souche néo-islamisés afin d’identifier que l’origine du mal, c’est l’islam.

Ces jeunes musulmans pseudos radicalisés (ils ne sont pas radicalisés, ils sont pieux), sont portés par un idéal messianique et cosmique. Ils sont mus par leur seule haine de l’autre, ne vivant que par et pour faire de l’islam un gouvernement mondial, suivant à la lettre la feuille de route mahométane qui fait de la terreur son arme de destruction massive.

Salah abdeslam n’a pas été endoctriné.

Il a lu le Coran et n’a fait que suivre ses prescriptions, sauf qu’il a été trop lâche pour s’auto-anéantir. Il aurait bien voulu troquer sa vie contre sa mort, passage obligé pour assouvir ses pulsions, mais il n’a pas été jusqu’au bout de son engagement.

Quand est-ce que l’Occident va-t-il s’instruire des expériences douloureuses de l’Algérie, de l’Egypte et de la Tunisie sous Bourguiba et Ben Ali, qui ont payé et payent encore un lourd tribut à l’islamisme djihadiste ?Quand est-ce que la France s’arrêtera-t-elle de caresser les représentants de l’U.O.I.F , l’officine djihado-terroriste dans le sens du poil ?

Quand est-ce que la France fermera-t-elle une fois pour toutes les mosquées wahhabites sur son territoire, et suspendre sine die les constructions de mosquées ? N’est-il pas curieux que plus les mosquées prolifèrent, plus nombreuses sont les vocations djihado-terroristes, et personne ne fait le lien ?

Dans les années 80 et 90 les attaques terroristes venaient pour la plupart de l’extérieur. Aujourd’hui, l’ennemi le frappe en son sein.

Les terroristes sont nés en France, en Belgique, et ont fréquenté les mosquées de la République qui leur ont ordonné de tuer cette République.

Comme le dit si bien Erdogan, nos mosquées sont nos casernes, les croyants nos soldats, les coupoles nos casques et les minarets nos baïonnettes.

Que faudrait de plus comme dessins et actes à l’appui à L’Europe pour qu’elle se réveille et comprenne que l’islam, sorti de l’ombre par les islamistes, ne sera jamais son allié et qu’il sera un jour son fossoyeur.

Salah Abdeslam et ses complices n’ont pas laissé l’ombre d’une chance à leurs victimes car l’islam attaque toujours par surprise et ne fait pas de quartiers. Pour lui un bon infidèle est un infidèle mort.

Il aura tout le temps devant lui pour concevoir un nouveau plan d’attaque dans le confort de sa cellule, ,

Comme tout islamiste  il a la rancoeur tenace et la vengeance froide.

Un jour, quand les juges islamophiles l’auront relâché, Abdeslam passera à l’action pour se racheter aux yeux d’Allah et de sa communauté et être le djihadiste qui tue et se fait tuer dans le sentier d’Allah.

 

Salem Ben Ammar

 

Publié dans France, islam

Commenter cet article

uhm 29/08/2017 06:12

la prison c'est la cure de jouvence des terroristes islamiques ,ils y vont de temps en temps pour une remise en condition .