Le propriétaire expulse son locataire pour loger des demandeurs d’asile

Publié le par LA REDACTION

La commune de Saint-Etienne-du-Rouvray. MATTHIEU ALEXANDRE / AFP

La commune de Saint-Etienne-du-Rouvray. MATTHIEU ALEXANDRE / AFP

Sa tente a même été incendiée. À sa place, le propriétaire a décidé d’héberger des demandeurs d’asile.

 

À son retour de vacances, Manuel Charles a découvert que la serrure de son logement avait été changée et que de nouveaux occupants avaient pris sa place. Mis à la rue, il a installé une tente devant une entrée de l’appartement, à Saint-Étienne-du-Rouvray, en Seine-Maritime, rapporte Paris-Normandie. Elle a été incendiée quelques jours plus tôt.

Le 9 juillet, un témoin a aperçu le propriétaire mettre les affaires de Manuel Charles dehors et téléphoné à la police. Interrogé, le propriétaire a expliqué que ces opérations se faisaient avec l’accord du locataire. “Il n’y a pas eu de procédure d’expulsion même si un huissier est venu me réclamer des arriérés de loyer. J’avais mis de côté 500 € pour le rembourser sur 630 € de retard. Le loyer était de 445 € par mois, 178 € avec les APL. Je n’ai que le RSA”, a expliqué cet accidenté de la vie, connu par la justice à Dieppe et cité par le média local.

“Je sors de prison, mais je me tiens tranquille et les voisins sont les seules personnes que je fréquente”, a-t-il ajouté. “C’étaient les premières vacances de ma vie et il a jeté ma vie à la poubelle. Il ne me reste plus que deux shorts, trois jeans et cinq caleçons. Hier, la tente dans laquelle je m’étais installé a été incendiée. J’ai essayé de déposer plainte mais la police ne veut pas l’enregistrer, ils disent que c’est une affaire civile relevant du tribunal.”

Selon un riverain, même ses cadeaux de la fête des pères ont été jetés. Depuis le 17 juillet, Manuel Charles, qui avait été emmené en vacances par sa voisine, est donc sans domicile fixe. Et malgré ses démarches, il est systématiquement orienté vers le 115 et des foyers d’accueil. Le propriétaire, lui, conteste la version de son ancien locataire. “C’est vrai, j’avais un litige avec ce locataire et nous étions en procédure”, a reconnu Nesrdine Ouedarbi.

“Il a voulu me la faire à l’envers, avoir le beurre et l’argent du beurre”, a ajouté cet artisan, contacté par Paris-Normandie, qui rappelle qu’une procédure d’expulsion lui aurait coûté plusieurs milliers d’euros. “La vérité des choses, c’est qu’il ne m’a jamais payé directement les loyers, c’est le fonds social du logement qui était caution. Maintenant, c’est parole contre parole.” 

Quant aux nouveaux occupants de l’appartement, ce sont des demandeurs d’asile.

valeursactuelles.com

 

Vous n'avez pas encore l'application Peuple de France ? Téléchargez-la gratuitement dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Peuple de France a besoin de votre soutien. Faire un don sur paypal.com

Publié dans France

Commenter cet article