Marseille : le chauffard Idriss est un Français déséquilibré. Ben voyons !

Publié le par LA REDACTION

Xavier Tarabeux, procureur de la République de Marseille, et les autorités françaises vont-ils continuer à se moquer du monde encore longtemps ?

Xavier Tarabeux, procureur de la République de Marseille, et les autorités françaises vont-ils continuer à se moquer du monde encore longtemps ?

Que du classique ! Les attaques au couteau succèdent aux attaques au couteau, en France et dans nombre de pays européens. Et les voitures béliers succèdent aux voitures béliers, que les médias appellent des voitures folles.

Ce lundi matin, à Marseille, à 1 heure d’intervalle, une voiture a foncé, sur le Vieux Port, dans deux abribus. Il y aurait, selon les autorités, un mort, une femme de 42 ans, et plusieurs blessés.

Les versions des autorités se ressemblent, là encore, assassinat après assassinat. Cette fois, on présente le meurtrier comme un Français (ben voyons) dont on ne donne pas le nom de suite, pour faire croire aux auditeurs que c’est vraiment un Français. Puis on fait le lien, en précisant que c’est un déséquilibré, qui était suivi psychiatriquement. Et comme le tueur n’est pas fiché S, et juste un peu connu des services de police, le procureur Xavier Tarabeux, deux heures après le drame, glapit que cette affaire n’a rien à voir avec le terrorisme. Ben voyons !

 

Les Français ont raison de ne plus faire confiance aux journaleux, aux procureurs, aux Préfets et à tous les enfumeurs-menteurs, qui protègent délibérément un dogme qui a juré notre destruction et notre mort.

En savoir plus sur ripostelaique.com

Publié dans France

Commenter cet article

Alain H. 23/08/2017 10:33

Ce proc nous prend vraiment pour des cons.
Fallait oser. Mais les cons, ça ose tout. Et c'est même à ça qu'on les reconnait, disait Coluche.

J'espère que ces idiots utiles de l'islamisme radical le paieront un jour...
Le plus tôt sera le mieux !

Vent d'Est, Vent d'Ouest 22/08/2017 12:12

Les Bien-pensants crient désormais dans le désert ; nous sommes la majorité à prendre, eux, pour des imbéciles. Plus l'inverse.