Puces de Saint-Ouen: Les commerçants excédés par des agressions

Publié le par LA REDACTION

Une allée des Puces de Saint-Ouen, aux portes de Paris, en août 2013 Bertrand GUAY  /  AFP/Archives

Une allée des Puces de Saint-Ouen, aux portes de Paris, en août 2013 Bertrand GUAY / AFP/Archives

Allées pittoresques, antiquités exclusives, enseignes branchées et pickpockets: la carte postale des Puces de Saint-Ouen, qui attirent des millions de visiteurs aux portes de Paris, est entachée par des violences sur lesquelles des commerçants ne veulent plus jeter un voile pudique.

Les langues se délient depuis une agression à coups de machette qui a fait deux blessés le 9 juillet. "Paroxysme" d'une situation qui pourrissait depuis l'arrivée ces derniers mois de voleurs violents, selon des marchands qui taisent leur nom.

"Je ne suis pas du genre à dire +ça va casser l'image+. Je préfère qu'on dise qu'il y a un problème et qu'on le règle", avance un restaurateur.

"Ce n'est pas normal de laisser des petits voyous sévir en toute impunité si près de Paris, alors qu'on attend les JO en 2024", poursuit-il.

Selon lui, une "bande d'une vingtaine de pickpockets" visant indifféremment "riches, pauvres, vieux" a mis "en coupe réglée" le quartier autour de la rue Lécuyer.

Les voleurs se fondent dans la foule qui arpente cette périphérie des marchés huppés, où les étals autorisés cohabitent déjà difficilement avec les "biffins" - vendeurs d'objets récupérés dans les poubelles.

"On est tout le temps menacés, sur le qui-vive", relate un autre commerçant, qui perd des clients "car l'ambiance se dégrade". "Des marchands", concède-t-il, "sont tentés de s'occuper eux-mêmes des voleurs."

D'après de premiers éléments, trois pickpockets, toujours recherchés, sont à l'origine de l'agression du 9 juillet, pour se venger d'un homme du quartier qui les avait forcés à restituer un téléphone portable.

"Il a fallu une agression très violente" pour que la police prenne "conscience du problème", regrette le restaurateur.

(...)

En savoir plus sur ladepeche.fr

 

Publié dans France

Commenter cet article

cheetah 18/08/2017 18:57

le foutage de tête national avec des plaignants mécontent de leurs réserves à macaque ,va falloir faire des passes pour les zones a gauchiots.