« Sur l’immigration, le pape cède à un idéalisme potentiellement désastreux »

Publié le par LA REDACTION

« Sur l’immigration, le pape cède à un idéalisme potentiellement désastreux »

Laurent Dandrieu réagit à la publication d’un texte dans lequel le pape François va plus loin qu’auparavant dans la défense des migrants. Il déplore le peu d’intérêt du souverain pontife pour les pays qui les accueillent.

« La question est de savoir si, ce faisant, il ne cède pas à un certain idéalisme, potentiellement désastreux: car c’est oublier que la sécurité nationale est le plus sûr rempart de la sécurité personnelle, et qu’il n’existe aucune sécurité personnelle qui puisse exister en dehors de cadres politiques, juridiques et légaux qui en sont le rempart. Aucune sécurité personnelle ne peut exister si les nations occidentales, par exemple, du fait du terrorisme ou d’une immigration incontrôlée et ingérable, basculent dans l’anarchie. »

« Deuxième élément important et pour le coup très novateur de ce texte: le pape prend position pour «la défense des droits et de la dignité des migrants ainsi que des réfugiés, indépendamment de leur statut migratoire»: ce qui veut dire qu’il réclame des droits égaux pour les clandestins et pour les immigrants légaux, pour les demandeurs d’asile et pour les immigrés économiques. »

« Dernière clarification: en stipulant que les migrants doivent être mis en situation de se réaliser y compris dans leur dimension religieuse, le pape François donne une sorte de blanc-seing à l’entrée massive de populations de religion musulmane et à l’acclimatation de la religion musulmane sur le continent européen, en semblant indifférent aux innombrables problèmes identitaires et sécuritaires que cela pose. »

« Cette condamnation de l’assimilation, au nom du respect de la culture d’origine de l’immigré, est malheureusement une constante dans le discours de l’Église sur l’immigration. Jean-Paul II va jusqu’à la renvoyer dos à dos avec des politiques de discrimination allant jusqu’à l’apartheid: «On doit en effet exclure aussi bien les modèles fondés sur l’assimilation, qui tendent à faire de celui qui est différent une copie de soi-même, que les modèles de marginalisation des immigrés, comportant des attitudes qui peuvent aller jusqu’aux choix de l’apartheid.» »

(…)

En savoir plus sur lefigaro.fr

Publié dans Immigration

Commenter cet article