Le Cameroun a expulsé de chez elle 100 000 migrants nigérians, la France elle préfère les accueillir

Publié le par LA REDACTION

Le Cameroun a expulsé de chez elle 100 000 migrants nigérians, la France elle préfère les accueillir

J’ai toujours été très surpris par toutes les associations gauchistes faisant de l’immigré le nouveau messie, la chance dont la France a besoin. Je suis aussi toujours très surpris que ces gens crient à l’injustice de l’expulsion d’une personne illégalement venue sur nos terres mais se taisent lorsque ces mêmes choses se passent dans les pays de l’hémisphère sud. Il y a aurait comme un deux poids deux mesures.

Ainsi, nous apprenons que :

« Le Cameroun a expulsé de force près de 100.000 réfugiés nigérians fuyant les violences du groupe jihadiste Boko Haram, victimes d’actes de torture et d’agressions sexuelles de la part de l’armée camerounaise, selon un rapport accablant de Human Rights Watch (HRW) révélé mercredi. »

« Quasiment 100.000 Nigérians ont été renvoyés de force dans leur pays depuis janvier 2015″, dénonce l’ONG de défense des droits humains dans un rapport de 60 pages intitulé « Forcés à monter dans des camions comme des animaux ». « Les retours forcés opérés par le Cameroun violent le principe de non-refoulement, qui interdit le renvoi de réfugiés et de demandeurs d’asile vers des lieux où ils peuvent être persécutés », ajoute HRW. »

L’association gauchiste Human Rights Watch pleure dans les chaumières pour ces nigérians mais contrairement à nos gouvernants Français, le Cameroun n’en a eu cure et a expulsé ces 100 000 indésirables.

Cela démontre que chaque pays a compris que l’immigration de centaines de milliers de gens non-assimilables, sous-éduqués, sous-socialisés, qui cherchent à être sur-subventionnés, est un cancer pour celui-ci. Tous ont compris, sauf la France.

Nos gouvernants acceptent ce que la terre entière refuse et cela par simple idéologie. Nos élites qui ouvrent en grand nos frontières détestent le peuple. Ils pensent qu’il n’est pas assez intelligent, qu’il ne comprend pas la nouvelle société qu’on veut lui imposer, qu’il est franchouillard et bœuf, qu’il ne vote pas ce qu’on veut.

Il doit être changé par l’autre, censé être plus malléable. L’autre est considéré comme plus important, car meilleur en tout point, physiquement, intellectuellement, culturellement etc. On culpabilise l’autochtone français car coupable de tous les maux et de toutes les atrocités de l’histoire. Holocauste, collaboration, colonialisme, esclavage, croisades, peut-être même la casse du vase de Soisson. Donc on s’en débarrasse, on le méprise, on lui demande de devenir l’autre, de se convertir, de porter babouche et djellabas, de ne surtout plus être français.

Une idéologie folle, transposée nulle part ailleurs dans le monde, sauf dans la tête de nos élites. En son temps Bertolt Brecht parlait de dissoudre le peuple pour en mettre un autre à la place. Cette prémonition sonnait déjà tellement vrai.

Mike Borowski pour lagauchematuer.fr

SOURCE LE FIGARO

 

Publié dans Immigration, International

Commenter cet article