Migrants: Tensions, violence, le boulevard de la Villette sous tension à Paris

Publié le par LA REDACTION

Des demandeurs d'asile font la queue devant le PADA, boulevard de la Villette à Paris en janvier 2017.

Des demandeurs d'asile font la queue devant le PADA, boulevard de la Villette à Paris en janvier 2017.

Hurlements, jets de barrières, intervention des CRS… Le boulevard de la Villette, aux confins des Xe et XIXe arrondissements, était sous extrême tension, durant la nuit de mardi et mercredi. Et jusqu’aux petites heures du matin.

Depuis 18 mois, la situation ne cesse d’empirer devant la plateforme d’accueil (PADA) de France Terre d’Asile. Etape incontournable pour les demandeurs d’asile primo-arrivants. Seulement voilà : les réfugiés affluent par milliers ces dernières années, et l’unique local du boulevard de la Villette ne parvient plus à endiguer le flux des migrants, contraints, parfois, de dormir 7 ou 8 nuits sur les trottoirs avant de franchir les portes de la PADA… Avant de subir à nouveau l’interminable attente d’un rendez-vous à la préfecture.
 

Une situation devenue explosive au fil des mois, et qu’ont déjà dénoncée à plusieurs reprises les maires (PS) des Xe et XIXe arrondissements, Rémi Féraud et François Dagnaud. L’ouverture d’autres plateformes d’accueil, à Paris, a également été évoquée… En vain. 
 

Tous les collectifs d’habitant des secteurs de la Villette, Flandre et Stalingrad envisagent de se réunir le 12 septembre prochain. Des actions pourraient être décidées : notamment le blocage du boulevard de la Villette. « Il faut une opération coup de poing, estime un riverain. La situation est devenue honteuse, et tellement anxiogène… »

En savoir plus sur leparisien.fr

 

Téléchargez gratuitement l'application Peuple de France sur Google Play

Publié dans Immigration

Commenter cet article

Vent d'Est, Vent d'Ouest 02/09/2017 15:13

Si tous les pro-migrants voulaient bien se donner la main en accueillant cette population de courageux hommes jeunes et vigoureux qui fuient leurs pays en guerre et laisser ainsi la place des trottoirs aux SDF pacifiques dont ils ignorent superbement la souffrance...